Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Violences politiques -GUINEE-

28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 23:10

RPG.jpg 
L’agent double du CNDD en la personne de Ben Daouda Touré n’en finit pas de ruminer sa neutralisation par le parti Nouvelle Génération pour la république, l’opinion redécouvre sans surprise que l’exilé fasciste qui excelle dans l’art de la fabulation n’est pas prêt de souffrir la marche des guinéens vers la démocratie. C’est donc à juste titre que la NGR de Ibrahima Abe Sylla a débarqué l’agent obscur de la junte de son état major. Tombé en disgrâce et désormais forcé de revivre le film de ses éphémères moments d’élixir avec le CNDD, l’homme du passé réincarné en soutien de la junte au pouvoir s’en prend tous azimuts aux leaders politiques en général et à Alpha Condé en particulier, pour expier le mal qui vient de frapper le désormais criminel numéro un de la Guinée.

Le rêve d’un régime militaro-fasciste s’évanouit de jour en jour et le promoteur ethnique perd pieds, il ne saurait l’admettre, alors il est certes tombé (pas de si haut que se trouvent Alpha Condé et les autres le) mais il fera d’abord payer les coupables, ceux qu’ils associent à la balle qui a atteint son mentor le 3 décembre dernier.

Alors le nostalgique des heures sombres de la Guinée trouve des coupables partout si ce n’était dans le microcosme du club ethno fasciste du CNDD. Tour à tour il accuse sans commencement de preuve aucun, dans une langue plus franco normande que française, les peuls en inventant la question peule, et
Alpha Condé dans un fallacieux et haineux réquisitoire qu’il intitule « Le Burkinabé local Alpha Condé et le RPG : la chute des rouges.

Ben Daouda Touré ignore qu’une nouvelle génération de guinéens vivant dans la modernité et loin de tout complexe ne peut plus se laisser embobiner par des termes et adjectifs stériles et sans utilité pour la démocratie. C’est ainsi qu’il traite Alpha Condé de communiste, de Burkinabé, d’impérialiste. Mon Dieu, qu’apporte l’ayatollah Ben Daouda au nécessaire débat démocratique en Guinée ? Rien si ce n’étaient des bassesses d’un naufragé de la politique.

Traduisons Ben Daouda Touré car outre ses qualités à superposer des phrases somme toutes antinomiques, l’homme propose un fond de texte parsemé de contrevérités et de balivernes à tirer la chasse. C’est ainsi que des sites de promotion ethnique lui ouvrent leurs pages pour le laisser déverser des insanités sur la mémoire des leaders disparus, comme le Doyen Bah Mamadou et Siradiou Diallo :

Bah Mamadou, en plus du coffre fort de la banque centrale s’en ira avec deux petites phrases que les guinéens n’ont jusqu’à présent pas fini de disserter : « C’est notre tour » et « la Guinée n’est pas une famille, c’est une république ;

Siradiou Diallo, Bah Mamadou, Jean Marie Doré et Alpha Condé sont les premiers gérants des entreprises ethnocentristes privées politiques de la Guinée ;

Cette superposition fascisante d’affirmations abjectes laisse peu d’ombre sur les aptitudes d’analyse d’un homme rattrapé par la dure réalité de son ignorance, sinon comment imaginer qu’il s’attaque tout d’abord à des personnes disparues en des accusations staliniennes (Dieu soit loué que le goulag relève du passé) et purement stériles pour ensuite baver sur Alpha condé, le RPG et ses militants qui ne lui ont rien demandé? Ben Daouda Touré est resté infirme de ses rêves, de sa volonté ô combien utopique d’être leader d’opinion en Guinée. Faute de devoir atteindre son but par une démonstration honnête d’un talent réel, l’homme s’est recyclé dans le terrorisme sur le net. C’est toujours la faute aux autres. Ceux qui lui ont barré la corniche du pouvoir qu’il voulait exercer par procuration en la personne de Moussa Dadis Camara n’ont qu’à bien se tenir, le procureur Ben Daouda Touré va faire mal.

Ainsi Toumba a tiré mais c’est la main d’Alpha Condé que BDT voit sur la gâchette, et si l’on suivait le procureur Touré, Alpha Condé serait également responsable de la mort du Christ… La suite des bouffonneries se décline en diffamations et autres délits de faciès à l’encontre d’un homme à qui il ne saurait raisonnablement être reproché que de n’avoir jamais trahi sa parole.

Ben Daouda Touré qui traite Alpha Condé de Mossi Burkinabé l’accuse d’avoir tenté de pousser Dadis « à faire des arrestations dans les rangs des autres partis politiques pour lui libérer la voie du pouvoir » tout comme il lui attribue la paternité de l’acte de réflexe de Toumba Diakité à l’endroit du commanditaire Dadis Camara. Et tout cela dans une construction nauséabonde de bas étage liant Alpha Condé aux services coloniaux français qui voudraient faire partir le « Sankara Dadis ».

Pour sanctionner Alpha Condé de s’être pris à son mentor, le petit soldat Dadis, Ben Daouda Touré appelle à la rescousse les militants du RPG en infantilisant ces derniers dans un langage régionaliste et ethnocentriste sans précédent :

La naïveté des militants du RPG leur coûtera très cher dans le futur, car dans ce bras de fer qui oppose la France à la Guinée, ils sortiront perdants.

Par les élections libres et transparentes, Alpha Condé a brûlé les cartes du RPG en Guinée Forestière. Aucun leader politique ne pourra être élu sans le soutien de la forêt, parce que c’est la seule région où la compétition politique n’est pas arbitrée par l’appartenance ethnique.

L’on croit rêver mais c’est bien les empreintes d’un homme du passé dépassé par la tournure que les événements en Guinée prennent au jour le jour, l’in capacitation de nuire du soldat Dadis est un crime dont Alpha Condé et ses supposés amis impérialistes français devraient répondre.

Disons, pas de chance Ben Daouda Touré, car Alpha Condé reste hors de portée des calomnies et irrévérences d’un tireur embusqué au sein du CNDD et récemment débarqué d’un parti membre des forces Vives de Guinée. Monsieur Alpha Condé qui n’a jamais réagi à aucun article de presse, ne s’abaissera pas pour ramasser les propos d’un homme gagné par la haine et par l’aigreur d’un pouvoir qui s’éloigne. N’est pas leader politique qui veut, Alpha Condé a choisi dès ses années d’écolier de se battre honnêtement et sans aucune lâcheté pour son pays, ainsi c’est haut et fort qu’il clame son intégrité morale et politique et son aversion pour les petits arrangements à l’encontre de l’intérêt national.

D’ailleurs, le cafouilleux a été obligé de reconnaître les mérites de celui qu’il accuse de tous les maux de la Guinée :

Les audits : Qu’est-ce que notre Burkinabé local a avoir avec les audits ?

Alpha Condé n’a jamais géré le pays et son parti politique n’a jamais participé à aucun gouvernement Guinéen.

Ce qui précède dénote du processus de dérèglement en cours dans un esprit pris de panique, celle de devoir redéposer à jamais ses bagages d’exilé car la Guinée des calculs ethniques qu’il appelle de ses vœux est sans avenir.

Monsieur Ben Daouda Touré, souffrez que le RPG et son leader n’aient pas de leçon à recevoir d’un aigri définitivement largué par la réalité démocratique. Que c’est triste d’en arriver là !

Diakité Mamadou pour le RPG

Partager cet article
Repost0

commentaires