Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Violences politiques -GUINEE-

17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 15:40

 HRW.jpg

Le rapport détaillé sur le massacre et les viols perpepetrés le 28 septembre 2009, est publié ce jeudi; il fait apparaitre le capitaine Dadis, et son entourage (Toumba), comme les premiers dont la responsabilité pénale doit être examinée.

HRW estime que "le bilan du massacre va de 150 à 200 personnes tuées, et plus de 1.400 personnes blessées. Mais elle n'a réussit à interroger que 240 personnes".

"Les preuves réunies par HRW laissent supposer que les meurtres, les viols et les autres abus commis par les forces de sécurité le 28 septembre et après cette date constituent un crime contre l'humanité. L'échelle et le niveau d'organisation de ces crimes laissent fortement penser que les attaques étaient généralisées et systématiques", elle estime aussi que : "le nombre de victimes décédées au cours des violence du 28 semtembere et les jours qui ont suivi se situe probablement entre 150 et 200".

Un "faisceau de preuves laissent penser que Moussa Dadis Camara a joué un rôle central dans le massacre", même s'il n'était pas présent lui-même au stade, indique HRW.

Toumba, en fuite, a expliqué avoir tiré sur le capitaine Dadis, parce que ce dernier l'avait trahi en voulant lui "faire porter l'entière responsabilité".

L'HRW met également en cause un deuxième officier des Bérets rouges, Marcel Guilavogui (neveu de Dadis), cité par les leaders politqiues ayant violemment été agressés au stade du 28 septembre. 

Moussa Tiegboro Camara, présent au stade, est également mis en cause "les gendarmes de son unité" ont été cités par le rapport..
 

RESUME ET RECOMMANDATION

LE RAPPORT COMPLET

 A suivre

Partager cet article
Repost0

commentaires