Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Violences politiques -GUINEE-

28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 18:34

 calb6641calb6616logo_forces_vives_jpg_jpg.jpeg
Chers Compatriotes ;

Il est inutile de rappeler que la Guinée, qui traverse une interminable crise institutionnelle est à nouveau à la croisée des chemins depuis la tentative d’assassinat du chef de la junte le 3 décembre 2009. Cette crise a débouché sur un blocage complet de la vie politique et socio-économique du pays, dont la cause principale a été le non respect par le capitaine Moussa Dadis Camara de son engagement que ni lui, ni un membre du CNDD ou du Gouvernement ne sera candidat à la prochaine élection présidentielle. Le rappel de cette parole donnée, à travers la manifestation pacifique des Forces Vives le 28 septembre 2009, a entraîné la répression sanglante et les viols collectifs par des forces de défense et de sécurité.

Depuis le 3 décembre 2009, la donne a changé par la mise hors jeu du capitaine Moussa Dadis Camara après l’assassinat manqué perpétré par son aide de camp, et elle ouvre indiscutablement d’autres perspectives pour notre pays.

La première perspective est que toutes les forces de progrès disent haut et fort leur refus de voir le chef de la junte revenir au pouvoir quel que soit son état de santé, et déclarent la destitution de Moussa Dadis Camara, chef de la junte, chef de l’Etat, pour « incapacité ». En effet, il est impensable et inconcevable que le pays soit désormais gouverné par des personnes responsables de crimes contre l’humanité, comme le souligne le Rapport de la Commission d’enquête de l’ONU. De tels auteurs sont définitivement disqualifiés.

La deuxième perspective est que l’équipe actuelle aux commandes doive impérativement et rapidement neutraliser la branche extrémiste du CNDD. Les populations, les leaders politiques, et les diplomates doivent être sécurisés par les forces de l’ordre et de défense. Sinon, l’envoi d’une Mission internationale d’observation et de protection devient urgent.

La troisième perspective est que le général Sékouba Konaté et les Forces Vives ouvrent conjointement un Dialogue politique national afin de repréciser le cadre, les institutions et le chronogramme d’une véritable Transition devant aboutir, dans les six mois à venir, à des élections libres, crédibles et transparentes, acceptées de tous. Nous demandons au général Konaté de joindre les actes à la parole à la suite de son discours du 23 décembre 2009 et de donner des garanties en vue du retour à l’ordre constitutionnel et à une alternance démocratique.

Chers compatriotes, il est impératif de ne pas s’éterniser dans des négociations stériles. Nous savons tous que depuis le coup d’Etat militaire du 23 décembre 2008, le pays a cessé de fonctionner. Le Forum des Forces Vives de la nation doit prendre le général Konaté au mot lorsqu’il affirme, à la date d’anniversaire de la prise du pouvoir : « j’en appelle à l’esprit civique et à l’engagement de chacun et de tous. C’est ensemble que nous allons réussir ou échouer. Pour notre part, nous nous acquitterons de notre devoir patriotique. J’invite les partis politiques, syndicats, société civile, la communauté internationale à se joindre à nous pour déterminer ce que nous voulons pour la Guinée…. »

Les chefs d’Etat (le général Lansana Conté, le capitaine Dadis Camara) nous ont habitué à ne plus croire en leurs paroles, à telle enseigne que nous avons tendance à dire « que l’armée guinéenne n’a pas de parole d’honneur ». Souvenons-nous que le capitaine Moussa Dadis Camara avait juré sur le Coran et sur la Bible. Cet acte avait emporté l’adhésion et la confiance de la plupart de nos compatriotes. Nous connaissons la suite…
Nous attendons que le général Konaté fasse exception à cette règle en respectant sa parole d’honneur d’officier quand il dit « c’est le lieu et l’occasion de réaffirmer avec force notre volonté, vous, mes compagnons et moi, d’aider les Guinéens à choisir librement leur dirigeant à travers des élections libre et démocratique…. »

La quatrième perspective est un devoir pour le Forum des Forces Vives, celui de resserrer leurs rangs. Cela est possible, à condition que chaque dirigeant politique mette la Guinée au-dessus de ses intérêts personnels. Aujourd’hui plus que jamais, le Forum des Forces Vives a besoin d’unité d’action, de cohésion pour parler d’une seule et même voix. Pour le moment, les positionnements politiques n’ont pas de sens, la Guinée n’étant pas encore en période de campagne électorale. Les nombreux Guinéens et Guinéennes tombés directement ou indirectement au nom du Changement exigent enfin une union sacrée des forces du progrès.

La crédibilité du Forum des Forces Vives dépend de cette union sacrée. Et à ce titre, il a une responsabilité historique car c’est la seule force légitime représentant nos populations face à la junte militaire et à ses mouvements de soutien.

La structuration ou la restructuration du Forum des Forces Vives est une question légitime qui ne devrait ni nous diviser, ni nous opposer. Aujourd’hui, le véritable enjeu reste : comment tirer notre pays hors de ce marasme sociopolitique et économique dans lequel les populations guinéennes se débattent depuis plusieurs décennies et comment sortir de la Transition par des voies démocratiques et pacifiques ?

Donnons-la main et travaillons ensemble à construire la Démocratie et l’Etat de droit dans notre pays.

Le Forum des Forces Vives - section France

Partager cet article
Repost0

commentaires