Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Violences politiques -GUINEE-

15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 10:57

 
Les forces vives ont quitté Ouagadougou, et depuis silence radio, à part quelques interviews données chacun dans son coin, les forces vives paraissent avoir perdu la parole, à peine ont-elles laconiquement annoncé que les leaders ne rentreraient pas en Guinée dans l'immédiat, disparition et silence.

On peut expliquer leur décision de ne pas rentrer toute suite, vu l'insécurité dans le pays, particulièrement à Conakry, où le CNDD a commencé des assassinats ciblés : meurtre de Saber selon les premières constatations de Tiegboro,  avant qu'on trouve finalement que, c'était plutôt des bandits, qui auraient choisi Saber "pour ne pas avoir besoin d'argent toute l'année", dira celui que la voix du CNDD (RTG), présente au journal télévision, des assassinats qui pourraient frapper les membres des forces vives.

 On pourrait aussi se demander :qu'attendent les forces vives pour mobiliser et tenir la population en alerte à la hauteur de la volonté et de la détermination de voir le CNDD partir ? Étant donné qu'il n'est de secret pour personne qu'autant de fois qu'on ira à Ouagadougou, le CNDD ne bougera pas de sa volonté de maintenir le Capitaine Dadis au pouvoir. 

  Attendent-elles que la pression vienne de la CEDEAO, l'UA et la communauté internationale ?
Pour leur donner le pouvoir, clé en main ? Elles se trompent, mais
ce silence devient inquiétant.

 Le Capitaine Dadis lui, gagne du temps, et si les forces vives continuent de garder le silence, alors qu'à Conakry, le ballet des nominations reprennent, remplacement des démissionnaires pour consolider davantage le CNDD, on pourrait se réveiller en retard.

  Le Médiateur a demandé la discrétion, mais les rencontres avec la presse au moins, à l'image de la rencontre de la Courneuve (France), animée principalement par Cellou Dalein Diallo et Sidya Touré. POURQUOI PAS , IL FAUT ETRE VISIBLE, IL FAUT INFORMER LE PEUPLE DE VOS ACTIONS, même si c'est pour s'affronter plus tard dans des élections, qui seront crédibles, démocratiques, permettant de mettre en place des structures solides pour éviter toute nouvelle dictature dans notre pays.

 Mais aujourd'hui, c'est la république qui est en danger, alors les positions partisanes et politiciennes risquent dangereusement de mettre en péril l'unité de la nation.

  Sur les sites internet des principaux partis politiques rien, depuis Ouaga, sinon que la reprise de quelques dépêches pour les rares actualisés.
 

  Surtout que le Capitaine et ses conseillers sortent finalement l'arme fatale pour mobiliser autour de soit en Afrique, l'IMPERIALISME, en Libye, au Soudan, au Zimbabwe..., accuser l'IMPERIALISME permet de mobiliser, à court terme au moins en changeant d'adversaire, maintenant, le Capitaine Dadis s'y met aussi.

  Mobilisés, tous les guinéens doivent l'être en permanence.


Partager cet article
Repost0

commentaires