Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Violences politiques -GUINEE-

30 octobre 2009 5 30 /10 /octobre /2009 20:46

 
Le CNDD
sait comment empêcher les manifestants ayant entamé une grève de la faim, pour protester contre le massacre du 28 septembre, de poursuivre leur action: ils ont été emmenés dans un restaurant et forcés à manger, faute de quoi ils "seraient tués", ont affirmé vendredi ces manifestants. 

 
Les dix grévistes de la faim ont été libérés aujourd'hui,
après avoir été arrêtés à la maison des jeunes du quartier Dixinn Port,

Thierno Baldé président de FAJEG et plus d’une vingtaine de jeunes de l’association avaient été arrêtés par les hommes du commandant Moussa Thiegboro Camara.

 


"La nuit dernière, l'armée nous a envoyés dans un restaurant près du siège de la junte. Ils nous ont demandé de mettre fin à la grève de la faim, faute de quoi ils nous tueraient",

 

a déclaré Souleymane Baldé à l'Associated Press.

Un autre manifestant, Christophe Koné, a assuré que des militaires les avaient "tabassés" pendant leur détention. "Ils ont pris tout notre argent, nos téléphones. Ils nous ont ensuite forcés à entrer dans un container. C'est Dieu qui nous a sauvés".

Pourtant, raisons du mouvement, Thierno Baldé répond : "nous entamons une grève de la faim dont le but n’est autre que d’appeler les acteurs de la vie socio politique de la nation d'éviter à la Guinée la division et la guerre civile. Tous les guinéens et guinéennes épris de paix, justice, compassion et soucieux de l'avenir du pays doivent se donner la main pour sauver notre chère Guinée". 

 Le CNDD décide en definitive d'empêcher toute contestation pacifique, il redoute une contagion et de se laisser déborder, mais le peuple guinéen, doit examiner ce moyen, (gréve de la faim), ils ont été très efficaces dans le passé, en Inde par Mahatma Ghandi face à l'empire britannique, le pasteur Luther King devant une Amérique en plein questionnement de son identité, Le doyen Nelson Mandela sous l'enfer de l'apartheid, pourquoi pas explorer ces moyens aussi.

 Si nous devons agir c'est maintenant, n'attendons pas plus d'un jour, d'une heure, d'une minute, le temps joue contre l'intérêt de la Guinée.

La question du nucléaire iranien pourrait devenir plus préoccupant pour la communauté internationale, et notre sort relégué au second plan, et donner du souffle au Capitaine Dadis.

Ces mouvement sont à saluer, et encourager...

 
Partager cet article
Repost0

commentaires