Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Violences politiques -GUINEE-

30 octobre 2009 5 30 /10 /octobre /2009 19:47

 

 INTERVIEW - Al-Hassane Onipogui soutient le chef de la junte militaire, le président auto-proclamé Moussa Dadis Camara...


La junte militaire, au pouvoir en Gunée,depuis décembre 2008, est dans le collimateur de la communauté internationale. Depuis la répression sanglante le 28 septembre à Conakry, qui a fait 150 morts lors d'une manifestation d'opposants selon diverses ONG, les sanctions se multiplient à l'égard du président auto-proclamé Moussa Dadis Camara et du gouvernement.
 
Le chef militaire avait annoncé lorsqu'il s’était emparé du pouvoir qu'il ne se présenterait pas à l'élection présidentielle de janvier 2010. Mais confortablement installé à la tête du pays, il ne semble pas décidé céder sa place. Al-Hassane Onipogui, ministre guinéen du contrôle d'Etat, soutient qu'une candidature du militaire Dadis Camara aux prochaines élections est justifiée. Le ministre, interrogé par 20minutes.fr, va jusqu’à dénoncer une manipulation de l'opposition et dénonce la «version occidentale» donnée par les médias.
 
Le 28 septembre dernier, 150 opposants au régime ont été tués lors d'une manifestation. La junte a été directement mise en cause. Comment expliquez-vous un tel drame ?
 
Cette histoire du stade est une manipulation de l'opposition qui veut donner l'image d'un massacre organisé. Il faut attendre que l'enquête soit terminée pour savoir ce qu'il s'est passé exactement et attribuer quelconques responsabilités. Nous déplorons ces morts évidemment. Il faut savoir qu'il n'y en a pas eu 150, comme cela a été dit dans la presse occidentale, mais 58. Les chiffres ont été gonflés. Enfin, il faut savoir que cette manifestation était interdite, il y a donc eu violation de la loi. Mais l'opposition a tout de même voulu qu'elle se déroule sachant qu'il pouvait y avoir des débordements.
 
Bernard Kouchner estime qu'«on ne peut plus travailler» avec Dadis Camara. L'union Européenne et l'Union africaine ont décidé de prendre des sanctions. Que répondez-vous?
 
On ne comprend pas l'attitude de l'Union européenne. Si ces décisions sont prises en réaction à la répression du stade, alors je dis que cela revient à mettre la charrue avant les bœufs. L’arrivée de la junte au pouvoir a permis d'éviter la guerre civile en Guinée. Certes, c'est la junte militaire qui a pris le pouvoir, mais si ça n'avait pas été Dadis, ça aurait été un autre militaire. Aujourd'hui, s'il quitte le pouvoir, c'est un autre militaire qui le remplacera.
 
Dadis Camara avait promis, lors de son coup d'Etat en décembre 2008, de ne pas être candidat à l'élection présidentielle. Après neuf mois passé au pouvoir, il n'a pas écarté la possibilité de se présenter. Ne manque-t-il pas à ses promesses?
 
Oui, il avait dit qu'il ne se présenterait pas, mais si le peuple le veut, je ne comprends pas où est le problème. Dadis a une légitimité auprès du peuple. Tous les élus locaux veulent qu'il soit candidat. Et en ce qui concerne les candidats de l'opposition, la plupart sont empêtrés dans des scandales financiers et devraient aller en prison.

Maud Descamps
Partager cet article
Repost0

commentaires