Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Violences politiques -GUINEE-

22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 15:14



La CEDEAO choisit la facilité dans son projet de synthèse, elle choisit de se dérober devant ses responsabilités, en avalisant les premières propositions du médiateur, Blaise Compaoré, si surprenantes, que ça donne l’impression d’un canular.

 

Comment peut-on ignorer le danger que représente le maintien de l’armée au pouvoir en Guinée, et les conséquences pour la sous région ? Une armée infestée de rebelles qui viennent du Liberia, de la Côte d’Ivoire, et tous les mercenaires de toute provenance, Afrique du Sud, encore la Côte d’Ivoire, l’Ukraine, l’Israël, la Lybie, le Maroc…

 

La Guinée est en danger, vraiment en danger, menacée par une minorité de soldats de son armée, qui en quelques mois a trahi cette armée, renier ses promesses de rendre le pouvoir, et prête à tout pour rester au pouvoir, maintenir le Capitaine Dadis, qui s’est entouré essentiellement de rebelles, et de soldats fraîchement recrutés en forêt, puisqu’il est obnubilé par la question ethnique, qu’il exploite pour rassembler la région forestière autour de lui, il continue de faire ce qu’il dénonçait à sa prise du pouvoir, diviser l’armée, très affaiblie par les humiliations depuis décembre 2008; mais le mécontentement est jusqu’à maintenant écrasé par l’intimidation, la peur…, instaurées par le Capitaine Dadis.

 

 Plus étonnant encore, la volte-face de l’Union Africaine ? Qui avait prononcé des sanctions contre le CNDD pour défaut d’avoir pris l’engagement par écrit, de ne pas se présenter aux élections, et là, elle participe à Ouagadougou aux discussions, qui ont abouti sur l’inacceptable : "la candidature de l’armée (Dadis) aux élections", "Les points non négociables sont le départ du pouvoir du capitaine Moussa Dadis Camara, sa non-candidature à la présidentielle et la dissolution du CNDD, a rappelé Ibrahima Fofana, l'Union syndicale des travailleurs de Guinée (USTG). "D'ici lundi, on aura un texte qu'on soumettra au médiateur. On lui dira tout ça avec des justifications claires, nous répondrons point par point à son document", poursuit-il.


Pour Jean-Marie Doré "Tout le monde a eu cette impression que les négociations étaient rompues alors qu'on n'en était qu'à la phase préliminaire. C'est pour mettre fin à cette confusion que le président Compaoré nous a invités à le rencontrer pour qu'on remette les pendules à l'heure", qui rassure par
"Il n'y a pas de rupture de dialogue. Nous avons pleine et entière confiance dans les talents".

"Nous ne voulons pas du tout que la transition soit gérée par le capitaine Dadis et par le CNDD", "Conformément à la décision pertinente du Groupe international de contact (sur la Guinée) qui s'est tenu à Abuja au mois d'octobre, nous avons demandé que le CNDD soit dissout et que soit mise en place une nouvelle autorité de transition qui pourrait être dirigée par une personnalité consensuellement choisie, cette personnalité pouvant être civile ou militaire",a indiqué Cellou Dalein Diallo (UFDG).


C’est si démesuré, et en faveur du CNDD, qu’on peut facilement croire une interview que le Capitaine Dadis aurait accordée au quotidien nigérian Saturday Sun, je le cite 
: "Je ne peux pas participer à une élection car la communauté internationale est contre ... Je suis prêt à tout moment pour cette élection s'ils (les  acteurs politiques) le sont".


A suivre…

 


  
Partager cet article
Repost0

commentaires