Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Violences politiques -GUINEE-

3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 23:24


Le capitaine Moussa Dadis Camara a été visé par des tirs alors qu’il se rendait jeudi au camp Koundara, dans la presqu’île de Kaloum, à l’extrême sud de la capitale. Des échanges de tirs nourris ont été entendus autour de 19H45, heure de Conakry.
 

Ce camp militaire était aux mains du lieutenant Aboubacar « Toumba » Diakité, aide de Camp du chef de la junte et chef de la garde présidentielle, jusqu'à son arrestation.

« Le lieutenant Aboubacar Diakhité a été arrêté », a annoncé en direct à la radio d'Etat le commandant Moussa Tiegboro Camara. Le secrétaire d'Etat à la lutte contre le trafic de drogue et le grand banditisme, très proche du capitaine putschiste Moussa Dadis Camara, a refusé d'évoquer les raisons de cette interpellation, en évoquant un « secret d'Etat ».

Avant sa mise aux arrêts, « Toumba » aurait libéré des prisonniers, tous des militaires hostiles à Dadis, et enfermés parfois depuis plusieurs mois.

Jeudi soir, il avait le contrôle de la presqu’île.
 
D'après plusieurs sources militaires et civiles, le chef de la junte a été « blessé jeudi soir par son propre aide de camp » dans les accrochages. Une information que n’a pas voulu confirmer le ministre de la communication, Shérif Idrissa, contacté par Jeuneafrique.com. Il assure que Dadis Camara est de retour « en bonne santé » au
camp Alpha-Yaya-Diallo.

Cependant des témoins ont rapporté qu’un hélicoptère tournait en début de soirée au dessus de l’hôpital Ignace Deen, dans la capitale guinéenne.

La querelle entre Dadis Camara et son aide de camp intervient alors que la
commission d’enquête internationale sur les massacres de civils perpétrés par des militaires le 28 septembre, vient de terminer sa mission à Conakry.
 
Selon de bonnes sources, « Toumba », qui a été vu par des dizaines de témoins sur les lieux du drame, aurait refusé de porter la responsabilité des meurtres et des viols qui se sont déroulés ce jour-là.

Le chef de la garde présidentielle estime qu’il n’a fait qu’obéir à des ordres.
 
Plusieurs membres de la junte ont été interrogés dont le ministre de la lutte anti-drogue, le commandant Tiegboro Camara. Quant au ministre de la Défense, le général Sékouba Konaté, considéré comme le numéro 2 de la junte, il aurait quitté le pays mardi et serait actuellement au Liban.

Partager cet article
Repost0

commentaires