Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Violences politiques -GUINEE-

22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 17:02

 
GUINEE24.COM :
 Bonsoir mon Colonel. Vous êtes le Chef de la délégation guinéenne à ce dialogue inter guinéen à Ouaga, vous avez reçu un document de la part du médiateur, le Président Blaise Compaoré, quelle est l’appréciation du CNDD et du gouvernement que vous représentez ?   

Moussa Kéita, : Je vous dis que depuis le début des négociations, le CNND et le gouvernement, nous n’avions d’autres ambitions que celle  vraiment d’aider  le peuple de Guinée ; de faire en sorte que la nation puisse sortir de l’ornière. Nous, nous  avons mis au devant de tout, l’intérêt national. Donc le médiateur est de bonne foi, puisque malgré la distance qui sépare le Burkina et la Guinée, le Président Blaise a pris soin d’accepter la médiation, malgré le coût, malgré la conjoncture économique que nos Etats traversent en ce moment. C’est un sens panafricaniste certes qui le guide. Donc nous, nous œuvrerons  de notre manière pour tout ce qui est de la facilitation de la médiation. 

Nous avons effectivement reçu le document de synthèse du Président du Blaise ; nous avons des réserves vis-à-vis du document, mais, cela ne veut pas dire que nous rejetons en bloc le document. Cela ne veut pas dire que nous récusons le médiateur, puisqu’il est de bonne foi, il n’a pas d’intérêt  en Guinée à défendre. Il veut plus tôt aider la Guinée à traverser l’étape difficile  que nous vivons. Donc  il faut l’encourager, il, faut le remercier et il faut accepter de dialoguer. On ne peut pas être patriote, on ne peut pas être démocrate en refusant le dialogue. Le premier signe de la démocratie, c’est le dialogue ; il faut s’accepter mutuellement, il faut dialoguer. Si nous, nous avons accepté en tant que gouvernement, détenteur du pouvoir actuel pour venir sur la même table avec ceux qui se disent forces vives, qui ne sont même pas, ou qui ne reflètent même pas la représentativité du peuple, qui ne font même pas le 1/21ème de voix du peuple de Guinée, c’est puisque nous nous sommes dit quelque part que nous voulons certainement concourir au bien être de la nation guinéenne. Donc, l’exclusion n’est pas notre slogan.

Nous avons accepté de dialoguer avec tous ceux qui veulent réellement apporter quelque chose pour l’édification  de cette Guinée. Mais une fois de plus, ces soi disant  forces vives viennent de témoigner en face du peuple du Guinée, en face du monde que, ce qui les intéressent c’est leur intérêt. Puisqu’ils sont venus à Ouaga dans l’intention qu’il doit se passer à Ouaga, un partage de gâteau où chacun va s’approprier  de sa part.  Ils se soucient pas du bien être de ce bas peuple, de ces jeunes qui sont morts ; ça veut dire en un mot que ceux qui sont morts sont morts pour rien. Ils sont morts tout simplement parce que ces gens-là ont voulu les faire tuer pour assouvir leur soif du pouvoir ; c’est regrettable, c’est regrettable.

Nous, nous ne rejetons en bloc, et nous félicitons, nous encourageons le Président à œuvrer davantage, à ne pas se décourager ; parce sur le chemin du bonheur, il ya toujours des embûches."

 GUINEE24.COM : Tout à l’heure, vous faites cas de quelques réserves, donnez-nous les principales. 

Moussa Kéita : Oui, l’une des réserves c’est que, il est dit que le prochain Premier Ministre sera désigné par les forces vives. Chose que nous, nous contestons. Les forces vives ne sont pas la représentativité du peuple ; en Guinée, il y a plus de 96 partis politiques, donc nous demandons, nous ne sommes pas opposés au choix d’un premier ministre qui viendra des partis politiques. Mais nous souhaiterions que le choix d’un premier ministre soit fait de façon consensuelle, en associant les 96 partis politiques agréés, les syndicats, la société civile et la représentation des jeunes et des femmes, c’est ça notre souhait. Que ce ne soit seulement les forces vives qui vont désigner mais plutôt, l’ensemble de la classe socio politique.

GUINEE24.COM : De l’autre coté, les forces vives rejettent le document, quel message avez-vous à livrer ? 

Moussa Kéita : Le message que j’ai a lancé est un message de paix, de fraternité. Une fois encore, comme le Président Moussa Dadis Camara ne cesse de réitérer, nous tendons la main franche à l’ensemble de la classe politique guinéenne, aux personnes de bonne volonté et surtout à la jeunesse qui est le présent et l’avenir du pays à revenir à la table de négociation, à ne voir que l’avenir de ce peuple qui a tant souffert. La Guinée a beaucoup souffert. Donc il est temps pour nous de se tirer de l’ornière, pour faire face au grand défi de la mondialisation, au développement de notre pays.

Ces vieux ne mèneront nulle part la Guinée sauf à l’échec ; puisqu’ils en ont fait la preuve. La plupart ont été des premiers ministres ou, ont occupé de hautes fonctions au sein de l'Etat. Certes ils ont peur d’être rattrapés par les audits ou par leur âge. Soyez rassurés d’une chose : c’est que, les audits vont continuer sans relâche et nous œuvrerons en tout cas pour tout ce qui est de notre devoir pour que la paix règne en Guinée et que la Guinée puisse atteindre l’objectif final, qui est le développement.

Partager cet article
Repost0

commentaires