Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Violences politiques -GUINEE-

13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 10:06

 cnoscg--JPG
Aujourdhui-en-Guinée
:
Monsieur Aziz Diop , comment se porte le Conseil National des Organisations de la Société Civile Guinéenne dont vous êtes le Secrétaire Exécutif ?

AZIZ DIOP :Le CNOSCG se porte bien, pour preuve nous sommes actuellement à Paris pour faire la planification avec nos partenaires de trois programmes majeurs pour 2010 et 2011.

Le premier ‘’ Local au national’ en partenariat avec le Comité Français pour la Solidarité Internationale (CCFD) qui vise à favoriser la mise en réseau de nos démembrements et les réseaux thématiques du CNOSCG. Il s’agit dans ce programme de développer les échanges à tous les niveaux au sein du Conseil, pour une meilleure efficacité et surtout de renforcer le dialogue, la participation et le sentiment d’appartenance.

Le deuxième concerne ‘’l’Appui au rôle de médiateur de la société civile organisée dans la prévention et la gestion des conflits en République de Guinée’’ avec un cofinancement de l’union Européenne (ligne Acteurs Non Etatique), sur deux ans. Ce programme vise essentiellement à atteindre les organisations de la société civile les plus impliquées dans la vie locale et notamment dans celles dont le rôle est effectif dans le domaine de la prévention et la gestion des conflit, de la médiation entre les composantes de la société guinéenne, ainsi que dans le maintien de la paix.
Le troisième est un ‘’ programme d’Appui au renforcement institutionnel du CNOSCG, avec un appui financier du Comité Catholique Contre la Faim pour le Developpement (CCFD), pour une durée de trois ans.Parallèlement à ces programmes, les membres du bureau national sont très présents au processus de démocratisation dans notre pays. Notamment au sein du mouvement social guinéen (composé des organisations de la société civile, des huit centrales syndicales et du Patronat), du Forum des Forces Vives, dont il est l’un des membres fondateurs.
 
-Plus d'un mois après l'attentat contre la personne du chef de la junte guinéenne, le Capitaine Moussa Dadis Camara , quel regard portez-vous la Guinée ?

D’abord, nous considérons cet attentat comme un événement malheureux et nous condamnons toutes formes de violences d’où qu’elle vienne..Mon regard, il faut que les guinéens se parlent. C’est le manque de dialogue et de concertation entre les acteurs majeurs de la vie nationale qui nous a conduits à cette situation. Nous estimons que personne ne peut prétendre diriger ce pays dans l’exclusivité. Je propose qu’on mette en place un cadre de concertation permanent de dialogue et de concertation. Une plate forme qui regroupera tous les acteurs majeurs.
 
-Que répondez-vous à ceux qui pensent que le mouvement guinéen (Syndicats et société civile ) est politisé ?


Ceux qui nourrissent ce sentiment ne maitrisent certainement pas le parcours du mouvement social guinéen. Depuis 2005, la société civile est à l’aune de tous les combats pour l’amélioration du bien être des populations, centralement elle a également joué un rôle important dans le processus de démocratisatisation dans notre pays.Par exemple vous avez suivi les mouvements de grève et de protestation qui ont abouti en 2006 par la tuérie des élèves ; l’Alliance citoyenne pour le changement en 2007, suivie par une répression sanglante de la population. Nous sommes à un tournant décisif de notre histoire. Normalement tous les acteurs majeurs devraient prendre leur responsabilité pour aider le pays à s’en sortir.Nous, nous sommes conscients de notre rôle dans le processus d’instauration d’une démocratie réelle en Guinée et nous nous sommes résolument engagés à l’assumer en toute connaissance de cause.
 
- Quel est le rôle que joue le CNOSCG au sein du Forum des Forces Vives de Guinée ?

D’abord nous sommes membre fondateur du Forum des Forces vives. Le CNOSCG a un rôle moteur au sein du Forum des Forces Vives. Le CNOSCG à travers ses responsables participe à toutes les réflexions stratégiques et à toutes les négociations en Guinée et à l’étranger. Nous veillons également à l’unité d’action et à la cohésion au sein des Forces Vives.
 
-Après le 28 septembre 2009 , le Forum des Forces Vives de Guinée , dont vous êtes membre avait posé comme préalable à toute discussion la dissolution du CNDD , la mise en place d'une nouvelle autorité , un engagement écrit de la non-candidature des membres du CNDD , du gouvernement Komara et de tous ceux et de toutes celles qui prendront part au gouvernement de transition .Ces exigences sont-elles abandonnées aujourd'hui au profit d'un Premier Ministre issu de l'opposition ?

Ces exigences ne sont pas négociables si nous voulons garantir l’impartialité des organes de la transition. D’ailleurs la dernière session du Groupe de Contact Internationale tenue à Ouagadougou, a réitéré ces préalables et a interpellé le fameux médiateur par rapport aux termes de références de la médiation à savoir :
 La mise en place, dans les meilleurs délais d’une nouvelle autorité consensuelle ;
 L’achèvement des préparatifs des élections, afin de permettre la tenue des élections législatives et présidentielles, aussitôt que possible en 2010 ;
 La mise en œuvre rapide des mesures appropriées de garantir le plein exercice des activités des Partis et des leaders politiques ;
 Au respect de l’engagement pris que ni les président, et les autres membres du CNDD, ni le premier ministre ne seront candidats aux prochaines élections.
Nous pensons que nous avons les grands axes de la feuille de route du futur gouvernement. Alors pourquoi vouloir récréer la roue pour tirer en longueur durablement le processus transitoire.
 
- Pouvez-vous dresser le portrait robot du Premier Ministre qui dirigera le gouvernement d'union nationale de transition ?


Nous pensons qu’il faut éviter de retomber dans les erreurs du passé en dressant le portrait robot du futur Premier Ministre, qui à mon entendement est très subjectif.Ce qui urgent à faire c’est de revisiter la feuille route et définir les prérogatives de façon précise du futur Premier Ministre pour lui permettre d’avoir le plein pouvoir.
 
- Nombreux sont nos compatriotes et les observateurs de la vie politique guinéenne qui affirment que la Guinée court droit vers l'application du projet d'accord politique global proposé à Ouaga2 par le médiateur de la crise guinéenne , Monsieur Blaise Compaoré . Votre constat .

Il y a lieu de clarifier que le projet d’accord politique global n’a pas été entériné ni par le CNDD et ni par les Forces Vives. Cependant, il est important de revoir la pertinence de cette médiation. Blaise Compaoré n’a aucune leçon à donner aux guinéens par rapport à l’instauration de la paix dans notre pays. Si nous ne prenons pas garde, cette médiation risque d’attiser la contradiction entre nous. Je sais de quoi je parle, parce que j’étais à Ouagadougou.@C’est pourquoi, j’interpelle tous les responsables politiques et sociaux à transcender leurs clivages, de regarder en face les intérêts supérieurs de la nation guinéenne, de se mettre en capacité de résolution de nos problèmes, en minimisant les interférences extérieures.

-Certains exclusionnistes commencent à dire que cet '' oiseau rare '' qu'est le Premier Ministre doit être désigné uniquement par Forum des Forces Vives Guinée .Êtes-vous de cet avis ? Si oui ne pensez-vous pas que l'exclusion d'un groupe de partis politiques à une phase de réconciliation nationale puisse donner naissance à d'autres frustrations ?

Mettons nous d’accord prioritairement et de façon consensuelle sur la feuille de route de la transition (pour qu’elle soit courte et réalisable) et les attributions du futur Premier Ministre (plein pouvoir et le permettre de prendre des engagements auprès des partenaires…). Le Forum des Forces vives a toujours adopté une approche inclusive, de sorte que tous ceux sont aujourd’hui en dehors de cette dynamique collective, étaient très actifs au sein de ce mouvement.

Légitimement, le futur Premier Ministre devrait être designer par le Forum des Forces vives. Dans la composition du futur gouvernement faire appelle à toutes les compétences en dehors de toutes les sensibilités. Cette approche inclusive pourrait nous permettre d’éviter des écueils et des frustrations..
 
-Quelle analyse faites-vous des deux discours prononcé par le Président intérimaire de la junte ,le Général Sékouba Konaté ?


Le discours du Général Konaté est encourageant pour tout guinéen épris de justice sociale et de démocratie. Cependant, il faut être prudent et vigilant. Ne pas se laisser distraire, c’est pourquoi nous ne baisserons pas la garde et la pression interne constante doit être constante au niveau du mouvement social guinéen jusqu’à la satisfaction des préoccupations majeures de nos populations.
 
- Croyez-vous en la sincérité de Sékouba Konaté lorsqu'il affirme qu'il n'hésitera pas à jeter l'éponge en cas de constat qu'il est en train de prêcher dans le désert d'autant plus que pour l'opinion il faisait partie de ceux qui ont voulu cautionner la candidature de Moussa Dadis Camara aux élections présidentielles .Allusion faite à son discours du 5 septembre 2009 au stade préfectoral de Friah où il dit sans ambage : '' Si le Capitaine Dadis s'est présenté à cette élection , c'est parce que vous l'avez réclamé , il entend respecter la volonté du peuple et le verdict des urnes ''
.
En politique, il faut tout relativiser. Nous jugeront et avanceront avec le Général Sékouba et le CNDD sur les actes.
 
-Vous étiez l'invité de la section française du Forum des Forces Vives de Guinée , le dimanche 10 janvier 2010 .De quoi a-t-il été question ?

Je voudrais féliciter les responsables et militants du Forum des Forces Vives, section France pour cette forte mobilisation. Cela dénote que nous partageons les mêmes préoccupations, celles de garantir la paix, d’instaurer la démocratie, d’assurer la participation de tous les citoyens partout où ils se trouvent au processus de développement de notre cher pays.
C’était une opportunité d’échanger avec la communauté guinéenne vivant en France sur l’actualité nationale, sur le positionnement , les actions envisagées par le mouvement social sur la restructuration des Forum des Forces vives.
 
Votre dernier mot

Je souhaite ardemment que les guinéens se donnent la main. Il y a la place pour tout le monde et il y a du travail pour tout le monde. Il suffit tout simplement de renforcer notre unité d’action et de pensées.Je vous remercie.


Interview réalisée par Aboubacar SAKHO.
Partager cet article
Repost0

commentaires