Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Violences politiques -GUINEE-

20 novembre 2009 5 20 /11 /novembre /2009 19:52

  

  Malgré le démenti d’Idrissa Cherif, parmi le groupe de mercenaires au service du Capitaine Dadis et le CNDD se trouvent des sud-africains; selon Henri Boshoff, spécialiste des questions militaires, ayant servi dans l’armée sud-africaine : il y a bien des Sud-Africains en Guinée mais, ajoute-t-il, les mercenaires "ne sont pas très bien payés" et seraient "désespérés".

"Lorsque vous arrivez en Guinée ... notre directeur des opérations vous attendra à l'aéroport"
, dit l’émail, e
n date du 9 octobre par Reuters, et émanant apparemment d'une entreprise basée à Doubaï, Omega Strategic Services, "détaille les modalités de leur installation à l'arrivée d'un vol en provenance de Johannesburg.

Contactée par Reuters, l'Omega Strategic Services a refusé de faire le moindre commentaire.

Selon reuters, ils seront chargés de la formation militaire, et d'assurer l'arrivée de 45 millions de dollars d’armes légères en provenance d'Ukraine, au mépris de l'embargo sur les armes.

 I'llustration  parfaite du manque de confiance entre Dadis et ses milices et le reste l’armée guinéenne.

"Ils ne pouvaient pas obtenir plus d’hommes (mercenaires) pour faire le travail, raison pour laquelle il y a un mélange de gens qui font le travail"
, a déclaré Henri Boshoff, citant des informations des milieux du renseignement.

 
Décidément, la guinée se remplie de combattants, et tout le monde semble figé, les forces vives, la sous region, l'Union africaine..., ce qui se contredit la décision antérieure de la CEDEAO, en proposant le maintien de Dadis au pouvoir, en lui permettant de se présenter aux élections; en dépit de la gravité de la situation.

 La proposition du facilitateur après consultation du Président en exercice de la CEDEAO, donne l'impression qu'on veut céder à la facilité, qui ne résout pas le problème, y compris à court terme; le pays pourrait vivre sous tension, et de risque de coup d'Etat permanant et de faux complots, et qui freineraient l'arrivée des capitaux dans notre pays, peut-être, que nous pourront avoir par troc avec la Chine de nos matière premières contre des éléphants blancs.

ET C'EST TOUT!

Pourqui se demander quoi faire ? Alors qu'il n’y a rien à faire que FAIRE PARTIR DADIS ET  LE CNDD DU POUVOIR, son maintien pourrait s'avérer amer pour la sous région, affronter le cas Dadis est une obligation pour tous.

Après les combattants de l’ex-ULLIMO, certains éléments des forces nouvelles de la Côte d’Ivoire, les mercenaires sud-africains, des instructeurs israéliens, libyens, des conseillers ukrainiens arrivent, mais pas les mains vides, des armes pour le CNDD.


Partager cet article
Repost0

commentaires