Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Violences politiques -GUINEE-

30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 19:20


 
  Après la répression sanglante des manifestations pacifiques du 28 septembre et les violences qui ont suivi, que la France a immédiatement condamnées avec la plus grande fermeté, nous poursuivons notre travail de mobilisation internationale :

- au Conseil de sécurité des Nations unies qui doit, à notre demande, évoquer aujourd’hui la situation en Guinée ;

- au sein de l’Union européenne avec l’évocation, à Bruxelles, de cette question aujourd’hui à 27 ;

- au Conseil des droits de l’Homme à Genève, où avec nos partenaires de l’Union européenne nous préparons une réaction aux derniers événements survenus en Guinée;

- et auprès de nos partenaires de l’Union africaine et de la CEDEAO.


  Afin de manifester notre solidarité avec la population civile guinéenne victime de cette répression, le ministère des Affaires étrangères et européennes a mis en place une aide humanitaire d’urgence par l’envoi de plusieurs tonnes de matériel médical et la mise à disposition de personnel spécialisé (médecins, infirmières, anesthésistes notamment).


  Notre ambassade est pleinement mobilisée pour assurer la sécurité des 2 500 ressortissants français et des consignes de vigilance leur sont régulièrement données. Le lycée français de Conakry et le centre culturel franco-guinéen sont par ailleurs fermés par mesure de précaution

 

Question

  Quel crédit portez-vous aux déclarations de Moussa Dadis Camara, chef de la junte

guinéenne, lorsqu'il déclare ne pas contrôler l'armée ? Le tenez-vous pour personnellement

responsable de la tuerie de lundi ? À votre connaissance, y avait-il des manifestants armés,

comme le capitaine Camara l'affirme ?

 

Réponse

  Je vous rappelle que nous avons condamné dans les termes les plus fermes ces violences

inqualifiables.  Les responsables de ces massacres doivent répondre de leurs actes.

S'agissant de votre dernière question, nous n'en avons pas connaissance et en tout état de

cause, rien ne saurait justifier le déferlement de violence qui s'est abattu sur la population

depuis lundi.

  Position de la France Officielle
:


Partager cet article
Repost0

commentaires