Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Violences politiques -GUINEE-

23 août 2009 7 23 /08 /août /2009 14:24

   
   Le Président Dadis dans ses interventions depuis la publication du rapport d'évaluation de la commission Paritaire Ad hoc, affirme son adhésion aux travaux issus de cette commission, et accusent les forces vives d'être opposées au rapport parce qu'ils n'ont pas tenu de commentaires à la RTG, alors que la parole leur avait été donnée après la lecture du rapport et son intervention (Président Dadis).

   Président lisez
la déclaration des forces vives sur le rapport d'évaluation de la commission  Paritaire ad hoc, vous y trouverez leur position, ils ont adhéré aux conclusions en soulignant à juste titre, votre absence de volonté politique dans la mise en œuvre du chronogramme que vous aviez accepté en mars dernier.

   Les forces vives se félicitent même de la confirmation des engagements pris par le Président Moussa Dadis Camara devant l'opinion publique nationale et internationale, que ni lui, ni aucun membre du CNDD et du gouvernement ne seront candidats aux prochaines élections présidentielles et législatives
et l'invite à se démarquer nettement des Forces qui tentent de s'opposer au bon déroulement du processus de transition.
  
    Mais le jour suivant il (Président Dadis) affirme qu'il évolue en fonction du peuple en prenant le cas Mauritanien pour exemple...

    Alors si le CNDD adhère lui aussi aux recommandations de la commission ad hoc,  malgré un retard sur certaines actions dont en autres, le decaissement de la contribution financière de la part guineenne estimée à 30 milliards FG, il serait temps de mettre à la disposition cette contribution pour permettre l'exécution des opérations indispensables à l'organisation des élections.
 
    Il serait aussi important que les populations ne se trompent pas de priorité en dépit des manipulateurs autour du CNDD, qui soulèvent une PRETENDUE DIVISION ETHNIQUE du pays, pour eriger le Président Dadis comme le seul à maintenir l'unité nationale.

   C'est malhonnête, mais malgré les menaces, nous devons être unis, tout parti politique confondu pour barrer la route à Dadis.

   Avec Dadis tantôt C'EST OUI, et le lendemain C'EST NON, les forces vives devenant du coup les ennemis du progrès, de ce fait, ON NE PEUT PLUS FAIRE CONFIANCE A DADIS.

    Bon courage à tous

  VIVE LA LIBERTE
  VIVE LE JUSTICE
  VIVE L'UNITÉ NATIONALE
  VIVE LA GUINEE.

Partager cet article
Repost0

commentaires