Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Violences politiques -GUINEE-

23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 11:27
 


Question : (Le médiateur Blaise Compaoré a proposé une période de transition en présence de M. Camara pendant une centaine de jours. Quelle est la réaction de la France à cette proposition ?)


Le médiateur effectue sa médiation ; il le fait dans des conditions qui ne sont pas faciles.


Je rappelle nos priorités. Nous souhaitons que toute la lumière soit faite sur les massacres du 28 septembre, que les auteurs de ces massacres soient identifiés et que leurs crimes ne restent pas impunis. C'est un premier principe et c'est ce qui nous a conduit, non seulement à recommander mais à proposer avec vigueur et à appuyer la constitution d'une commission d'enquête internationale sur ce qui s'est passé au stade de Conakry le 28 septembre dernier.


Le second principe de notre position, c'est la transition. La Guinée est dans une période de transition, il est évident que ce qui s'est produit ce jour-là a beaucoup compliqué ce processus de transition et nous souhaitons que cette transition se déroule le plus rapidement possible et surtout de manière constructive afin de permettre aux élections de se tenir.


Nous souhaitons que cette période de transition permette, à la fois, de faire la lumière sur ce qui s'est passé mais également de préparer des élections libres, démocratiques dont la Guinée a aujourd'hui grand besoin.


Ce qui est important, à la lumière des dernières informations qui nous parviennent de Ouagadougou, c'est, parce qu'ils ont un rôle important à jouer, de connaître quelle sera la position des forces vives de Guinée.


A ma connaissance, elles ne se sont pas encore prononcées. Donnons-nous un peu de temps, une rencontre entre le médiateur et les forces vives est prévue aujourd'hui, nous verrons ce qui en ressort, sans oublier bien évidemment, les membres de la CEDEAO et de l'Union africaine.


A ce stade, je souhaite avant tout rappeler les principes fondamentaux de notre position sur le sujet.


Vous m'avez interrogé hier sur la présence de mercenaires sud-africains en Guinée:

- Je relève que les autorités sud-africaines ont lancé une enquête.

- Sur ce sujet, je souligne que toute initiative de la junte dans ce sens serait porteuse de dangers.

Partager cet article
Repost0

commentaires