Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Violences politiques -GUINEE-

10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 15:53

armee.png
Depuis l'assassinatdu Capitaine Dadis, par nous dit-on Toumba, son aide de camp, et je répète "assassinat", malgré que le CNDD, certains membres du gouvernement continuent de clamer partout à travers les médias que le Capitaine Dadis est vivant, qu'il est sorti vivant du territoire, pour des examens complémentaires.

Plusieurs questions et indices conduisent à constater que le Capitaine Dadis ne peut pas être vivant, que les multiples preuves de vie du capitaine, produites par le CNDD et Idrissa Chérif, ont pour projet de gagner du temps, et leur permettre de reprendre leurs esprits, et prévenir toute scission, notamment de ceux qui pensent, sans le dire publiquement que l’armée doit retourner dans les casernes, pour éviter le chaos.

1- Comment le Capitaine Dadis peut-il quitter le pays, le lendemain de la fusillade, s’il était vivant, ou du moins conscient comme affirment Idrissa Chérif et le Colonel Moussa Keita; en l’absence du Général Toto Camara, 1ier vice-président, et surtout le vrai 1iervice-président, le Général Sékouba Konaté, sans même une adresse à la nation ?

 Idrissa Chérif nous explique que le Capitaine Dadis a déjeuné, et pris l’avion; il aurait même marché jusqu’à l’embarquement.

Où sont les images ? Pour un régime, qui exhibe tout, et qui ne pouvait pas passer à côté d’une telle opportunité, qui devait freiner l’ardeur de certains officiers, qui pourraient en cas de disparition du capitaine Dadis, décider d’arrêter ce désordre, alors que des rumeurs font état de la mort du Capitaine. Pourquoi n’ont-ils pas diffusé des images qui auraient rassuré les guinéens que le désordre n’allait pas suivre la panique généralisée.
 

2 – Aussi, le communiqué du Ministère marocain des affaires étrangères et de la Coopération précise que "le Royaume du Maroc vient d'apprendre que le Capitaine Moussa Dadis Camara aurait pris, sans consultations préalables, un avion mis à sa disposition par le Président du Burkina Faso, S.E Blaise Compaore, pour se rendre au Maroc, accompagné d'un médecin sénégalais, pour une prise en charge hospitalière et des examens médicaux, à la suite de sa blessure par balles, hier, à Conakry".

 Pourquoi le Capitaine Dadis prendrait l’avion, sans même informer les officiels marocains ? Quelle est la cause de cette précipitation ? Pourquoi a-t-on refusé l’avion médicalisé, mis à disposition par le papa Wade ? Pourquoi vouloir cacher la vérité aux guinéens ?


3- Pendant que le capitaine n'est atteint d'aucune maladie, Idrissa Cherif s’empresse de parler d’examens complémentaires, pour une "insignifiante blessure" dit-il; on connaît l’état des hôpitaux guinéens, mais une blessure, et de surcroît sans importance, n’aurait pas nécessité, une évacuation, avec personne à la tête officiellement de la Guinée, pendant 24 heures, panique générale, et depuis cette  prétendue évacuation, silence radio, et on rentre dans le (8) huitième jour depuis le silence du Capitaine Dadis, pour une égratignure ? Non.


Le capitaine Dadis, avec le tempérament, qui est le sien, celui qui a invité les journalistes dans sa chambre; rester une semaine sans s’adresser à la population, au moment où, il peut jouer la carte de la victime; responsable de rien, tout blanc, et victime de la distance qu’il avait prise à l’égard du Toumba. 
 

 4
– la suspension des négociations jusqu’au retour du Capitaine Dadis, agitée par le colonel Moussa Keita : "même si cela doit durer des années, il n’y aura pas de problème, le ministre de la Défense Sekouba Konaté continuera d'assumer l'intérim de façon loyale, en attendant le retour du président Dadis".

Pourquoi des années si le Capitaine Dadis  "va bien, très bien" ? comme le dit Idrissa Chérif, ça en dit long sur la patience qui doit habiter les guinéens pour le retour du Capitaine, et pendant ce temps, le CNDD compte assurer l'interim.

5
– les contradictions au sommet, le Colonel Moussa Keita affirme  "qu'il n' y avait eu que deux morts depuis le 3 décembre, deux militaires tués par les hommes de Toumba lors de l'attaque contre le chef de la junte", alors que, pour mieux enfoncer celui que le CNDD craint le plus, pas seulement pour son audace, son manque du moindre sens d’humanité, pour les viols et les assassinats, mais pour empêcher qu’il témoigne devant une commission d’enquête internationale, Idrissa Chérif lui, insiste à l’AFP que "tous ceux qui étaient avec le chef de la junte avaient alors été tués"...

Alors qui dit la vérité ?

Le CNDD a évacué le cadavre du Capitaine Dadis, parce qu’en Guinée, les bruits de couloir, les rumeurs, auraient eu raison du secret, qui doit être gardé, jusqu'à l’isolement complet, de toutes les personnes qui tournaient autour de Toumba, et d’autres.

A suivre…

Partager cet article
Repost0

commentaires