Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Violences politiques -GUINEE-

27 octobre 2009 2 27 /10 /octobre /2009 10:31


  Mouctar Diallo: Nous sommes convaincus qu’aucun risque, qu’aucun effort, qu’aucun sacrifice n’est de trop pour combattre l’impunité et l’instauration d’une nouvelle dictature en Guinée.


  Mouctar Diallo, le leader des NFD (Nouvelles Forces Démocratiques) nous a rendu visite cette semaine. Une occasion pour nous d’échanger avec ce jeune leader aux vérités dérangeantes, sans langue de bois. Il nous a confié ceci :

 

Infoguinee: Que pensez- vous des propos du Guide Libyen Kadhafi sur la position de l’ONU face à la situation en Guinée ?
                  
Mouctar Diallo: C’est une attitude qu’on peut juger d’irresponsable. En tant que chef d’Etat, président de l’Union Africaine, musulman, le premier acte qu’il aurait pu poser c’est de dénoncer ce massacre, cette barbarie, cette sauvagerie de la junte le 28 septembre 2009. Il devait d’abord présenter ses condoléances au peuple de guinée, ensuite exprimer sa compassion, sa solidarité au peuple de Guinée.. Il ne l’a pas fait. Il critique et dénonce des décisions lumineuses, importantes prises par la communauté internationale allant dans le sens des sanctions contre cette barbarie, de faire la lumière sur tout ce qui s’est passé et de favoriser l’instauration de la démocratie en Guinée. C’est pourquoi nous dénonçons ce comportement avec la dernière énergie.
                              
Infoguinee: On parle de la médiation du président Compaoré pour la sortie de crise, croyez- vous à sa réussite ?
                     
M.D: Nous accordons de bonnes présomptions. Surtout qu’il a été sollicité par la CEDEAO qui est aussi opposée à la candidature du capitaine Moussa Dadis Camara aux élections présidentielles. Il a été sollicité pour réaliser la volonté de la CEDEAO quant au départ de la junte au pouvoir en Guinée. Avec l’expérience qu’il a dans la gestion des crises, nous pensons mettre ça à profit avec la détermination des forces vives et du peuple de Guinée. Ainsi, nous pensons que sa médiation pourra déboucher sur des décisions importantes.
                                             
Infoguinee: Tout récemment le gouvernement a signé un important contrat minier avec une société chinoise. Pensez- vous que c’est légitime ?
                          
M.D: Aujourd’hui tout acte juridique posé avec la junte est nul et non avenu. Car la junte au pouvoir n’est ni légitime ni légale pour engager la Guinée sur quoi que ce soit. C’est un contrat qui n’est pas valable. C’est pourquoi d’ailleurs nous demandons à cette société chinoise et à toute autre société de s’abstenir par rapport à la signature des conventions ou contrats avec ces autorités illégitimes aux risques de voir leur contrat frappé de nullité par les nouvelles autorités qui seront mises en place suite à des élections libres, transparentes qui auront la légitimité et la légalité pour engager le peuple de Guinée. Ces autorités seront désignées par le peuple de Guinée qui est le seul souverain. Nous pensons surtout que tout contrat signé aujourd’hui avec la junte n’est pas dans l’intérêt supérieur des Guinéens. C’est plutôt dans l’intérêt de la junte. Aujourd’hui ils sont entrain de vouloir se cramponner et se péreniser au pouvoir par tous les moyens. Quant ils signent un contrat dans ce contexte, c’est pour plutôt se remplir les poches et se constituer des fonds de guerre pour des ambitions personnelles et égoïstes au détriment de l’intérêt du peuple. Pour toutes ces raisons nous dénonçons tout contrat signé actuellement et nous demandons aux intéressés de s’abstenir et de contribuer plutôt au depart de la junte, à l’instauration d’une véritable démocratie en Guinée. En ce moment, dans une démarche de gagnant-gagnant, ils pourront valablement investir en Guinée.
                                          
Infoguinee: Et la venue de la force d’interposition souhaitée par les forces vives et le peuple de Guinée ?
                                            
M.D: Aujourd’hui nous demandons avec insistance le déploiement de cette force de protection dans notre pays. Une force de protection non seulement pour protéger les populations civiles qui sont en danger et qui sont depuis un certain temps massacrées, terrorisées par une partie de son armée. Et si rien n’est fait, elles continueront à être d’éternels victimes. C’est pourquoi nous demandons qu’il y ait cette force de protection pour protéger un peuple qui est en danger mais aussi pour protéger même la commission d’enquête internationale dirigée par l’ONU pour lui permettre de bien faire son travail. Pour toutes ces raisons nous demandons urgemment le déploiement de cette force.
                             
Infoguinee: Pensez- vous que cette commission d’enquête internationale aura les mains libres pour faire son travail ?
                          
M.D:Il faut justement que cette commission ait les mains libres. Cette commission s’inscrit dans le cadre des principes de la gouvernance des organes de l’ONU. Il y aura un cadre juridique et des moyens qui seront mis à sa disposition pour pouvoir faire son travail. Surtout que le sous- secrétaire général de l’ONU, chargé des affaires politiques, est venu à Conakry. Il a non seulement fait connaître aux autorités et aux forces vives Guinéennes l’intention du secrétaire général de l’ONU Banki Moon pour la mise en place de cette commission mais aussi a demandé la collaboration du gouvernement pour que cette commission puisse librement faire son travail. Nous pensons que la commission pourra efficacement faire les enquêtes. En tous les cas elle doit trouver les moyens pouvant lui permettre de bien faire son travail afin de faire toute la lumière sur cette barbarie, sur ces crimes contre l’humanité pour que des sanctions exemplaires soient prises contre les auteurs pour que plus jamais ça en Guinée et un peu partout dans le monde...
                                                    
Infoguinee: Depuis les événements du 28 septembre, on assiste à des assassinats et d’autres menaces de mort. Qu’en dites- vous ?
                                       
M.D: Vous savez que nous sommes gouvernés par des gens assoiffés de pouvoir. La junte, à sa tête le capitaine Moussa Dadis Camara veut se maintenir au pouvoir par tous les moyens. C’est pourquoi ils sont entrain d’utiliser des moyens d’élimination physique de tous ceux qui peuvent les gêner. Nous savons qu’il y a une liste des personnes à éliminer. Mais, nous prenons des mesures de sécurité et nous continuerons le combat. En tous les cas, pour ce combat patriotique et noble, rien ne pourra nous faire reculer. Nous sommes convaincu qu’aucun risque, qu’aucun effort, qu’aucun sacrifice, n’est de trop pour combattre l’impunité et l’instauration d’une nouvelle dictature en Guinée. C’est pourquoi quelque soit ce qui va arriver, nous allons continuer le combat même si aujourd’hui ils éliminent quelques uns parmi nous. Ils ne réussiront pas à arrêter l’élan du changement. Ce changement est irreversible. Même s’ils éliminent aujourd’hui Mouctar Diallo, ils trouveront d’autres Mouctar qui vont reprendre le flambeau pour le changement en Guinée.
                                           

 

 

Infoguinee: Aujourd’hui on parle de plus en plus de l’existence des ‘’escadrons de la mort’’ comme ce fut le cas en Cote d’Ivoire. Y Croyez- vous ?

  

Oui. Il y a des preuves qui attestent aujourd’hui des recrutements qui sont malheureusement basés sur l’ethnie du capitaine Dadis qui est entrain de constituer des milices. Ils sont entraînés et entretenus pour réprimer toute contestation pour liquider d’autres personnes qui gênent et pour le maintenir au pouvoir par la force et par le crime. Cela est évident. Aujourd’hui il y a des réseaux d’entraînement des milices et des mercenaires, des anciens rebelles comme à Forécariah et dans d’autres parties de la Guinée. Tout cela est connu. C’est pourquoi nous interpellons la communauté internationale à prendre toutes les dispositions, toutes les mesures urgentes pour démanteler ces réseaux d’entraînement des escadrons de la mort. Cela pour protéger les combattants pour la liberté et la démocratie et pour protéger le peuple de Guinée qui est en danger.

 

 

Propos recueillis par Bah Abdoulaye

Partager cet article
Repost0

commentaires