Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Violences politiques -GUINEE-

15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 09:54

 sy-mariam.JPG
Guinéenews© : Que pensez-vous du retour de Dadis en Guinée ?

Mme Sy Mariama Diallo :
Comme beaucoup de Guinéens, j’ai appris l’arrivée de Dadis à Ouaga avec une grande stupéfaction. Les conséquences d’un retour de Dadis dans les conditions actuelles, de cette manière abrupte en Guinée porteraient, à mon avis, énormément de préjudice à la nouvelle dynamique qui est en train de se créer dans notre pays.

Au moment où le président intérimaire le général Konaté et les forces vives cherchent à trouver une solution qui va nous permettre d’avancer dans la mise en place d’un premier ministre issu des forces vives et la mise en place d’un gouvernement d’union nationale pour avancer dans le processus de la transition, les inconditionnels du capitaine Dadis veulent nous le parachuter en Guinée pendant qu’on n’a pas fini d’essuyer les larmes du 28 septembre 2009. C’est de l’improvisation et de la provocation de leur part !

En ce moment, son arrivée en Guinée est une menace réelle pour la quiétude et la paix sociale dans notre pays. Le peuple de Guinée ne doit pas se sentir abuser par les uns et abandonner par les autres par ce que nous sommes pris en otage aujourd’hui par les plus armés ; c’est une question de responsabilité !

Les caciques du CNDD doivent se rendre compte qu’ils ne peuvent pas décider seuls des problèmes de la nation, car Dadis pose un problème national voire même international à cause de son implication directe et indirecte dans les événements du 28 septembre tels que démontrés par le rapport de la commission d’enquête des Nations Unies.

Les événements du 28 septembre 2009 doivent restés dans l’esprit de tous les Guinéens pour que plus jamais, notre pays ne souffre d’un tel traumatisme.

Guinéenews© : Pourtant, il est Guinéen comme tout le monde quoi qu'on lui reproche......N’a-t-il pas le droit de rentrer en Guinée comme bon dieu lui semble ?

Mme Sy Mariama Diallo :
Bien sûr qu’il pourra rentrer en Guinée, mais en temps opportun. Dans la situation actuelle de la Guinée, la présence du capitaine Dadis, va exacerber les tensions, enflammer les esprits et risque même de diviser le pays et nous créer des problèmes aux conséquences incontrôlables. Pensez-vous que notre pays en a besoin aujourd’hui ?

La responsabilité historique du CNDD après ce qui leur est reproché, c’est de calmer les esprits, de redonner confiance aux Guinéens, les permettre d’avoir désormais confiance en leur armée et de pouvoir poursuivre le processus de changement déjà entamé, par le chef de l’État intérimaire le général de brigade Sekouba Konaté.

À la lumière de tout ce qui précède, j’estime pour ma part, que le retour du capitaine Dadis est prématuré actuellement. Et que pour le bien de notre pays, la sagesse impose au CNDD de le garder loin de la Guinée en attendant les jours meilleurs pour le pays.

Guinéenews© : Par rapport au poste de premier ministre, la société civile, membre dudit forum a été dans l'avant garde du combat pour le changement en Guinée, mais n’a malheureusement aucun candidat officiel, à date. Selon certaines indiscrétions, vous seriez aussi intéressée au poste de PM au compte de la société civile....Qu'en dites-vous ?

Mme Sy Mariama Diallo :
Actuellement, il y a des consultations internes au sein de la société civile et de la confédération patronale des entreprises de Guinée (CPEG), toutes deux, membres du forum des forces vives pour présenter un candidat ou une candidate au poste de premier ministre réclamé par le général Sekouba Konaté. En ce qui me concerne, je n’excluerais pas ma candidature si le choix de ces deux institutions portait sur ma personne.

En effet, j’estime personnellement que la transition en Guinée aujourd’hui, pour observer la neutralité, la transparence, la crédibilité que tout le monde attend de ces premières vraies élections démocratiques dans notre pays, doit être dirigée par le mouvement social de Guinée pour permettre aux hommes de s’occuper de leurs partis.

Propos recueillis par YBS

Partager cet article
Repost0

commentaires