Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Violences politiques -GUINEE-

14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 11:37

  
   BBC : qu’est-ce qui a été décidé par la CEDEAO ?

 

   Dr. Abdel-Fatau MUSAH : le président en exercice de la CEDEAO, le chef de l'Etat nigérian Umaru Yar'Adua a mandaté le Président Blaise Compaoré pour servir de facilitateur dans le processus de transition en Guinée, il travaille très activement sur cela, et une rencontre aura lieu à Ouagadougou très prochainement sur cette question.

 

  Nous avons demandé au Secrétaire Général des Nations Unies, et au Haut Commissaire des Nations Unies sur les Droits de l’Homme, de mettre en place immédiatement une enquête internationale.

 

  BBC : combien de temps prendra cela réellement ?

 

  Dr. Abdel-Fatau MUSAH : nous parlons de jours, nous parlons de jours, et cela dépend particulièrement de la réaction de la junte; la CEDEAO et l’Union Africaine, considèrent activement déployer des forces militaires et de police en Guinée maintenant, pour être sur de la sécurité, et assurer la protection pour les enquêteurs.

 

 BBC : quand ce déploiement aura lieu ?

 

  Dr. Abdel-Fatau MUSAH : ce déploiement précédera celui des enquêteurs, et ce type de déploiement offrira également la protection du processus électoral, et s’assurer de la sécurité des personnes dans ce pays, nous parlons de jours et de semaines; nous devons aussi nous rappeler que l’UA, la CEDEAO et la Communauté Internationale travaillent activement à la création d’un force d’alerte africaine (STANDBY FORCES), que l’on peut réunir en 20 ou 30 jours.

 

  Il y a une résolution de l’Union Africaine qui donne à Dadis Camara jusqu’au 17 octobre 2009, pour s’engager par écrit qu’il ne sera pas candidat, en créant l’environnement requis pour la tenue d’élections paisibles au plus tard janvier 2010, faute de quoi des sanctions individuelles et ciblées seront prises contre les membres de la junte.

 

  BBC : peut-on dire qu’au 17 octobre, si les engagements ne sont pas pris, vous allez appliquer les sanctions, vous le garantissez ?

 

  Dr. Abdel-Fatau MUSAH : absolument, les sanctions seront prises immédiatement, et comme je vous ai expliqué, c’est la première fois, ces dernières années, que la CEDEAO, l’UA et la Communauté Internationale ont ouvertement mis « l’intervention militaire » sur la table comme l’une des options, et cela démontre le sérieux de la Communauté Internationale sur ce qui se passe en Guinée.

 

  La junte est dos au mur, et je vous assure que nous traitons ce dossier avec tout ce que ça requiert.

Écoutez l'interview en anglais :

Partager cet article
Repost0

commentaires