Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Violences politiques -GUINEE-

15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 13:49

pivi-coplan.jpg
L'éclatement tant redouté, la prise du pouvoir par les extrémistes, la division au sein de l'armée..., tous ces cauchemars des guinéens, leurs angoisses montent d'un cran; les choses se compliquent, les jusqu’au-boutistes du CNDD, dont le capitaine Claude Pivi, le colonel Moussa Kéita, le lieutenant-colonel Moussa Tiegboro Camara, le colonel le colonel Alpha Diallo, chef d'état major adjoint de la Marine...viennent de taper très fort.

Alors que le général Sékouba Konaté se trouve au Maroc pour des discussions avec le médiateur Blaise Compaoré, un médiateur de plus en plus contesté pour ses comportements pour le moins profondément incompréhensibles; son projet d'accord global qui prend le sens contraire de la mission que la CEDEAO lui a confiée "faciliter le départ du capitaine Dadis Camara". 
 

Et contre toute attente, il retiendra même, au-delà des revendications du CNDD à la première rencontre d'Ouagadougou, entretenant une proximité récente très douteuse avec le papa Wade, avec qui, il est en collaboration pour soumettre la région à leur volonté, et surtout, il (Blaise Compaoré)  prépare sa réélection, donc; pour cette cause, il faut mettre un coup d'arrêt à cette puissance grandissante de la commission de la CEDEAO.

Un collectif de ces extrémistes se constitue, pour aller rencontrer le capitaine Dadis Camara, et venir avec lui.

Tiegboro avait pourtant annoncé à son arrivée du Maroc "le capitaine Dadis sera là bientôt" aux porte-paroles du CNDD (RTG) à l'aéroport de Conakry; sans une seule allusion dans un premier temps au retour du capitaine Dadis, mais après son entretien avec le capitaine Claude Pivi, son discours change au camp Alpha Yaya, et à la fin de ses propos, "c'est une question de jour pour qu'il soit parmi vous" lance-t-il à la foule.


Le capitaine Dadis serait-il celui qui tire les ficelles depuis Ouagadougou ? Difficile de le croire, mais la colère qu’il aurait piquée pour s’être retrouvé à Ouagadougou, peut soulever cette question; même si d’autres informations font état d’incapacité physique et mentale ; et pourquoi, dès le lendemain de son arrivée à Ouagadougou, d’un coup, les extrémistes du CNDD ont immédiatement accès à lui, preuve que Dadis au Maroc, le temps de préparer son arrestation pour les graves violations des droits de l’homme le 28 septembre 2009, et les jours suivant, aurait surtout permis de franchir une étape importante de la sortie de crise, pour parer à toute tentative de renversement de la situation ? A quoi joue le médiateur ? Veut-il pousser Sékouba à la porte ? Permettre à Dadis de reprendre la main ?

 

En plus, le retour du capitaine poserait de sérieux problèmes, notamment, au sein de l’armée, et même du CNDD, dont certains ne tiennent plus à son retour. L’affrontement dans l’armée risque d’être inévitable, si la communauté ouest africaine ne vient pas au secours des modérés du CNDD, et surtout que la population, elle aussi, montre qu’elle soutient Sékouba dont le discours actuel est le plus clair pour un retour à l’ordre constitutionnel.

 Suivez :

Partager cet article
Repost0

commentaires