Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Violences politiques -GUINEE-

18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 15:40

   Si la CEDEAO, l’UA, et la Communauté Internationale sont prêts à venir en aide à la Guinée, c’est maintenant qu’il faut agir; les choses deviennent précises, et un risque réel plane sur l'instabilité en Guinée, et pouvant entraîner encore la sous-région dans des époques qu’elle pensait aujourd’hui derrière elle, les différentes guerres civiles et tension permanente qu’elle a connues.


 A peine ils (GIC-qguinee) tournent le dos après l’échec de ramener Dadis à la raison le 4 septembre, le légendaire provocateur du Sénégal, Maitre Wade est revenu tenir des propos et des positions contraires à celles de l’intérêt de la Guinée, de celui de la sous-région, et promet de revenir à chaque fois que la pression sur Dadis sera forte.

 

  Il est urgent d’agir parce que le CNDD non seulement compte présenter Dadis, mais ne semble pas vouloir organiser les élections en janvier 2010, et tient à faire durer encore la transition.

  Depuis le rejet par les Forces Vives de la proposition du Président Dadis qui prévoyait d'aumenter l'effectif du CNT, aucune communication sur le sujet, sauf que le Président ne cesse dans ses interventions de chercher à démontrer que les élus locaux, bâillonnés et complètement tétanisés par le CNDD, forcés de venir au palais du peuple, sont les véritables représentants de la nation, donc quasiment seuls légitimes à prendre en charge les reformes.  

 

 C’est vrai aussi qu’on n’entend pas les Forces Vives, ce qui est inquiétant, et pourrait amener à s’interroger sur ce silence concernant la mise en place du CNT. Depuis leurs déclarations du 23/08/2009, qui « rejette catégoriquement l'ordonnance portant création du CNT dans son composition actuelle », et du 29/08/2009 indiquant « rester toujours dans l'attente des réponses du Chef de l'Etat sur la question de l'effectif et de la composition du CNT ». RIEN. PLUS RIEN…

 
 Pour le souci de la sécurité de la région, il serait temps que la CEDEAO demande au Président Wade de rester en dehors des affaires intérieures de la Guinée, d’arrêter de donner l’impression à Dadis qu’il est soutenu à l’extérieur, allant jusqu’à pratiquement forcer Madame  Ellen Johnson-Sirleaf pour dissiper le malentendu aux frontières qu'avait annoncé Dadis...
 

 On doit comprendre que la prochaine étape reste l’annonce officielle de la candidature, pour utiliser le refus de nos partenaires de participer au financement des élections en ce moment là, et la confrontation avec les Forces Vives à l’occasion, COMME MOTIFS SUIFFISANT POUR ANNONCER QUE LE 31 JANVIER NE POURRA PAS ETRE RESPECTE.

Partager cet article
Repost0

commentaires