Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Violences politiques -GUINEE-

14 décembre 2009 1 14 /12 /décembre /2009 19:34
gendarme.jpg
Deux gendarmes français, tous deux en poste à l'ambassade de France à Conakry, ont été victimes la semaine dernière de deux tentatives d'enlèvement différentes. Dans les deux cas, les militaires sont parvenus à échapper à leurs agresseurs par leurs propres moyens, a-t-on confirmé au Point de diverses sources.

La première tentative, qui s'est produite le 4 décembre, a failli mal tourner. Alors qu'il se trouvait en civil à proximité de l'ambassade, au volant de son véhicule personnel, le gendarme a été intercepté par des hommes en battle-dress et portant des bérets rouges, qui l'ont poussé à l'arrière du véhicule. Le gendarme a réussi à échapper à ses ravisseurs en sautant en marche de la voiture. Il a été sérieusement blessé, mais serait actuellement en train de sortir de l'hôpital. La seconde tentative s'est produite vendredi 11 décembre, alors qu'un autre gendarme, lui aussi en civil, allait acheter un journal en face de l'ambassade de France.

Les collègues des deux militaires estiment particulièrement inquiétant que les agresseurs aient à chaque fois été des hommes portant un uniforme, ce qui laisse à penser qu'ils seraient proches du pouvoir. De source autorisée à Paris, on indique cependant : "À Conakry, personne ne sait très bien qui porte bérets rouges, armes et uniformes. On parle de paramilitaires , sans en savoir beaucoup plus", et sans désigner le pouvoir. Ce dernier a été conquis par l'armée il y a un an, lorsque le capitaine Moussa Dadis Camara a été placé à la tête du pays. Le 3 décembre dernier, ce dernier a été victime d'une tentative d'assassinat par son propre aide de camp. Dadis Camara n'a pas été revu depuis et se trouverait dans un hôpital marocain.

La semaine dernière, les militaires guinéens ont accusé la France de "complot" pour renverser le régime, ce que Paris a qualifié de "rumeurs absurdes". Les gendarmes français en poste à Conakry appartiennent pour la plupart à la gendarmerie mobile. Une équipe du GIGN était venue les renforcer après les massacres de manifestants civils, le 28 septembre dernier, mais a regagné la France depuis cette date. Selon nos informations, aucun renforcement de la garde de l'ambassade de France à Conakry n'est actuellement prévu. Interrogé par Le Point, le porte-parole du Quai d'Orsay, Bernard Valéro, a confirmé l'ensemble de nos informations, ajoutant que la situation à Conakry était suivie de près par le gouvernement français, d'autant plus que les deux tentatives de rapt "ont suivi l'interception de notre ambassadeur non loin de l'aéroport". "Dans tous ces cas, nous avons élevé des protestations. De plus, nous avons renouvelé nos conseils de vigilance à tout notre personnel présent en Guinée."

lepoint.fr
Partager cet article
Repost0

commentaires