Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Violences politiques -GUINEE-

4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 15:17

 

WCXQSDCQS.jpg

 

Il serait capital qu’une réflexion très vaste, à l’échelle du continent soit engagée pour l’intérêt d’existence de l’OIF en Afrique; soit elle revient à ses objets d'origines, soit elle reste neutre; il faut les chasser du continent, et aussi l'ONU .

 

Said Djinnit remet une couche ce matin sur les medias de la manipulation, et d’influence; ceux dirigés par l’épouse de Bernard Kouchner; Christine Ockrent; RFI, France 24, et TV5, qui s’échangent des audois, vidéos etc. etc.; des medias régentés pour mener la guerre de l’information; malheureusement; l’Afrique se trouve après plus de cinquante ans d’indépendance; dans le giron des grandes puissances au gré de leurs intérêts; pour la France selon les intérêts de Bernard Kouchner, et son réseau d‘hommes d‘affaires.

 

 On défend le droit, les peuples; la démocratie; mais quand ça arrange les intérêts; cependant les africains supportent de plus en plus mal ce fait; pas la peine de manipuler l’ONU; d’exploiter la légitimité des institutions internationales dans le cœur des africains; ce jeu de Bernard Kouchner est devenu évident que les africains dans les années qui suivent pourraient, avec l’attitude des plus forts, qui utilisent ces institutions en fonction de leurs intérêts, ou de ceux de certains de leurs amis ou compatriotes; les africains pourraient remettre ne question leurs présumées expertises dans l’observation; et d‘assistance en matière électorale.

  

 C‘est dommage pour l‘Afrique, pour la démocratie dans le continent; depuis la Baule; certains ont eu la naïveté de croire qu‘on allait assister les africains; dans la construction de leurs démocraties; les réseaux France-Afrique étaient vilipender y compris en Hexagone; mais, très vite les Bongo, Eyadema, Blaise Compaoré, Mobutu, Biya, Déby ont demandé d’abord à François Mitterrand de mettre un arrêt à cette offensive contre les dictatures; seules capables de maintenir le statuquo; on se rappelle de tous les bruits de l’époque sur les conférences nationales; et brusquement tout s’arrête, même si, nous avons obtenu certains acquis; le «statut de père du peuple»; les dictateurs l‘avaient perdu; et désormais, on pouvait manifester notre mécontentement; et même contester le chef de l‘Etat. 

 

Puis, à l’arrivée de Nikolas Sarkozy; avec la nomination de Jean Marie Bockel; et les premiers mots de ce dernier concernant la France-Afrique; tout le monde a acclamé l’intention; mais elle sera de courte durée; Robert Bourgi, un personnage connu pour sa proximité avec les dictatures africaines, héritiers des réseaux de Jacques Foccart; mettra fin automatiquement à ses fonctions, avant que lui et son frère, ainsi que Abdou Diouf, et certains intérêts très écoutés, ne font du lobbying auprès de Sarkozy pour Bernard Kouchner plutôt que Hubert Védrine entre autres.

 

Mais voir l’ONU, manipulée par des medias comme RFI, France 24, et TV5 qui se laissent aller, au point qu’on se demande s’il ne faut pas mettre toutes ces institutions dehors, quand on veut régler nos problèmes; des personnes travaillent dans l’ombre pour faire faire à ces institutions, ce qu’elles ne peuvent en leur propre nom.

 

Said Djinnit affirme ce matin sur Rfi «nous sommes heureux du fait que la cour suprême ait prononcé les résultats dans les délais »; où était Said Djinnit après le premier tour; pourquoi, ll n’a jamais demandé à ce que les délais constitutionnels soient respectés après la publication des résultats du premier tour ? La constitution, démocratie, le droit, on demande leur respect quand encore une fois, les intérêt sont en jeu. 

 

Blaise Compaoré vient d’organiser un cirque au Burkina Faso, avec plus de 80%; ça ne gène personne; RFI descend à Ouagadougou, avec une équipe de Juan Gomez, pour trois jours d’émissions d’appel sur actualité consacrées aux élections présidentielles burkinabés, passées presque inaperçues. Mais là; personne ne parle, ni l’ONU, ni les Etats-Unis, ni la France; ni la CEDEAO.

 

En Gambie, Yaya Djameh dirige comme bon lui semble; ça dérange personne; à part quelques grincements de dents si des actualités sordides rattrapent le pays.

 

 Les populations africaines doivent se révolter contre les nations unies; ce sont les nations puissantes qui mettent en place des gouvernements qui les arrangent, il faut chasser les nations-unies de l’Afrique; au Rwanda, elles ont plié bagages quand les tutsis avaient le plus besoin de protection; la Somalie agonise depuis les années 90, ça ne dérange pas, en tout cas, jusqu’à la menace des intérêts étrangers à la mer; en Guinée équatoriale, malgré les violations graves des droits de l’homme; le régime de Teodoro Obiang Nguema bénéficie de l’aide militaire, et personne ne s’offusque; même après l’assassinat d’opposants politiques.

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires