Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Violences politiques -GUINEE-

29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 16:28

CENI_Siaka_menace_mort_01.jpg

CENI_Siaka_menace_mort_02.jpg

Pendant que les guinéens attendent encore la proclamation officielle des résultats du second tour de la présidentielle qui a vu Alpha Condé l’emporter sur Cellou Dalein Diallo, nombreux sont les observateurs qui se demandent encore comment l’ancien opposant a fait pour renverser si bien la tendance. Lui qui avait à peine recueilli 12% des suffrages au premier tour.

 

« On m’a menacé de mort… », voici en substance les propos tenus par le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante de Guinée, le général Siaka Sangaré, à des confrères et des membres de la société civile curieux de comprendre le revirement de situation spectaculaire qui s’est produit dans l’entre deux tours de la présidentielle à Conakry. On se rappelle que lors du premier tour, c’est Cellou Dalein Diallo - l’ancien premier ministre- qui l’avait emporté loin devant Alpha Condé. On s’était dit que « l’affaire était donc pliée », et que le futur président (mathématiquement en tout cas) ne pouvait être que l’ancien premier ministre de Lansana Conté.

 

Tel ne fut cependant pas le cas. Après plusieurs reports -le second tour ayant été à maintes fois décalé; c’est Alpha Condé qui est proclamé vainqueur du second tour de la présidentielle de la Guinée. A travers le monde entier, c’est la surprise générale -en tout cas pour nous qui n’étions pas dans les secrets de Dieu. Comment cela a-t-il été rendu possible ? Comment celui qui avait eu un si maigre score au premier tour a pu renverser la vapeur en engrangeant le maximum de voix (plus de 52%) au second tour ? Ce sont là des questions qu’on ne cesse de poser.

 

Pour en avoir le cœur net, certains confrères de la sous-région et membres de la société civile ont tenu à rentrer en contact avec le président de la CENI, notre compatriote Siaka Sangaré. Ce dernier selon nos sources, sans hésiter, leur aurait avoué qu’il n’avait aucunement le choix et qu’il fallait publier les résultats. Car, dit-il « on m’a menacé de mort … ».

Toujours selon nos confrères, Siaka Sangaré aurait même estimé que cela n’e valait pas la peine de prendre des risques. Surtout dans un pays qui n’était pas le sien et de surcroit très fragile.

Partager cet article
Repost0

commentaires

etanok 02/12/2010 10:16



vous êtes des perturbateurs car vous rencontrer des choses non fondées et vous incitez la poupulation à la revolte. je m'en vais vous dire que la stratégie electorale a manqué le camp Dalein
sinon il était à un doigt. Alors garder vos conseils pour vous et essayons de proteger les enfants. 



Mimi Bah 02/12/2010 09:54



Oh Bon Dieu, Ces gens sont vraiment dangereux, c'est bizard kan mm, de passer 2eme avec 15 % des voix au premier tour à 52,5%  au 2eme tour. Ceci est vraiment bizard, j'ai lu avec
empressement cet artcile.


  Mais c'est bizard, dans cet article, il n'y a aucune precision sur l'identité de ceux-la qui l'ont menacé et la raison de cette menace , voulez vous nous afficher le reste de l'article,
sinon celui-ci n'est rien du tout, ce n'est que pure insinuation.



thierry camara 01/12/2010 18:20



laissez le mensonge



ba 01/12/2010 16:19



cela montre le profond malaise des guinéens en matiere de nepotisme politique car ils ont la plus nebuleuse histoire ethnique de la sous-region avec des regimes selectifs et des responsabilités
regionalistes non?mena ilfaudra que siaka et ses mentors comme Couchener et ADiouf nous dises pourkw et comment peut-ont prendre la lourde responsabilité d'assurer la presidence de la CENI avec
le contexte qu'on connait pas ailleurs mais surtout en guinée sans protection majeur?cela suffit comsa qu'ils ne nous emmerde pas on en a assez de leur faiblesse devant la France car
personnellement g la ferme conviction que c'est Kouchener qui a commenditer cette mascarade electorale!un jour la verité sera la!c Diouf qui m'a le plus decu!