Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Violences politiques -GUINEE-

2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 18:53

Sans titreds

Pour rassurer la communauté internationale qu’elle lutte contre la violence; et notamment la violence des forces de l’ordre; les autorités guinéennes ne sont pas allées par quatre chemins; les lois qui répriment les violences de tout ordre sont rangées dans les tiroirs, comme d‘habitude; le code pénal, le code civil; leurs procédures respectives; la constitution; on s’en fou; ça ne marche pas; il faut recourir à l’ancienne formule magique; la seule comprise des nègres   ; celle qu’on administrait aux esclaves pour gagner leur obéissance; ça marchait bien; enfin, la souffrance finissait toujours par prendre le pas sur la détermination; aussi fort que soit la personnalité, le caractère, le charisme…; la souffrance aura raison y compris sur la dignité, du moins pour un temps.

 

Le gouverneur de la ville de Conakry, Sékou Resco Camara, comme si nous étions à Kaboul, ou Mogadiscio; sort le fouet; et donne 50 coups aux 26 soldats présumés responsables des tirs en l’air, pillages de sacs de riz…, mais là aussi, ni France 24, ni TV5, ni RFI n’ont dit un mot; des méthodes que dénoncent  systématiquement ces médias dès qu’on évoque les talibans ou les Chebabs…; mais curieusement; le fouet est condamné selon l’endroit; quand ça arrange; à Kaboul, le fouet sur un inconnu, condamnable bien évidemment; au même titre que les soldats, qui auraient été présentés devant les tribunaux, si nous étions dans une nation démocratique; mais pas de châtiment corporel; je continue à me demander pourquoi ne pas rester dans le cadre de nos lois et de leurs procédures; pour traiter les abus ? Pourquoi Bernard Kouchner veut en dépit des violences graves contre la population civile, Bernard Kouchner se donne pour mission de défendre ce qui semble être son dernier gagne pain potentiel, sans que personne ne dise quelque chose ? Pourquoi Bernard Kouchner continue-t-il de confondre ses intérêts et ceux de la France, sans que personne ne parle ? Moi, ma réponse peut paraitre exagérée; mais, la principale cause est que, quand les intérêts de Bernard Kouchner sont en jeu; RFI, France 24, et TV5 qui regorgent pourtant de journalistes talentueux, se transforment en agence de communication; pour la Guinée; il faut tout faire pour imposer Alpha Condé; pour l’heure, Sékouba doit s’accrocher jusqu’à la reconnaissance officielle d’Alpha Condé; sa prise de main de l’armée, avec les chasseurs infiltrés par des commandos formés au Burkina Faso.



Partout Bernard ne cesse de répéter, «faites leur confiance; vous savez, ça aurait pu tourner au pire; les jeunes gèrent bien la situation; ils font malgré des difficultés des efforts pour maintenir la paix; et la sécurité»; voici, les mots qu’on peut entendre Bernard Kouchner répéter à ses interlocuteurs; à Paris, Berlin; Washington; à la CEDEAO, de concert avec Abdoul Diouf; qui avait condamné les violences du 28 septembre; mais pas celles de novembre 2010; alors qu’en ce moment; plusieurs dizaines de familles font la tournée des proches, pour trouver de quoi faire libérer des frères, sœurs, enfants arrêtés dans les violences; pendant combien de temps Bernard Kouchner continuera de jouer les émissaires d‘Alpha Condé; à l’instant où des enfants souffrent dans les commissariats; des filles encore détenues dans des camps militaires; entrainant des familles dans des dettes pour les faire libérer.

 

Mais l’attitude de la communauté internationale dans la gestion des différentes élections en Afrique; qualifiée d’effort de la communauté internationale d’assister les africains; ces éternels enfants; qu’il a fallu d’abord civiliser dit-on; mais d’abord par la religion, puis les idées des lumières; et qui depuis l’arrivée des évangélistes pour leur apporter cette lumière; sont incapables de se débrouiller sans aides; cela prouve à suffisance, que c’est à chaque peuple de se lever pour la construction de sa nation; les aides, les appuis; les expertises; les amitiés; tout est problème d’intérêt.

 

On reproche aux soldats flagellés publiquement, d’avoir tiré en l’air; d’avoir outrepassé les consignes etc; alors, je pense qu’il ne s’agit pas de ceux qui intéressent les victimes et familles de victimes; ceux qui intéressent la justice; se sont les auteurs des violences ayant entrainé la mort; les auteurs des coups de feu en l’air; pourquoi pas, puisque nous ne sommes pas dans un pays en guerre; mais les criminels qui ont semé la terreur, la violence; les responsables d’exécutions extrajudiciaires dont le but est de terroriser la population; et la réduire au silence; et pas seulement à Conakry; les responsables présumés des violences présentées à la télévision, ont tous été appréhendés à Conakry; mais la violence s’est étendue sur l’ensemble du territoire national; enfin, surtout au Fouta, et dans la région de Conakry.

 

Les soldats qui se sont livrés à des assassinats, pillages, et viols à Labé, les meurtres à Pita, Délabra; Kindia; et razzias de biens; voici les cas qui demandent à ce que justice soit rendue; et que les victimes soient indemnisées. Jamais dans ce pays, la victime n’a été prise en compte, celle de la première république; la deuxième, jusqu’à nos jours; la victime a même parfois le tort de ne pas prendre la parole pour dire : «écoutez pas la peine de s’apitoyer sur mon sort; il y a des choses plus graves dans la vie; nous sommes des frères, des sœurs, du même sang; alors on en parle plus; ça va nous diviser, éclater l’équilibre de la nation etc etc. »; et jusqu’à la prochaine fois. 

 

 

A suivre …

 

Partager cet article
Repost0

commentaires