Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Violences politiques -GUINEE-

23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 23:54

kassory-fofana.jpg
POUR UNE GUINEE FORTE, UNIE ET PROSPERE

LE MESSAGE DU PRESIDENT

Chers compatriotes,

Notre pays traverse sans doute la période la plus sombre de son histoire. La Guinée est, en effet, confrontée aujourd’hui à une crise généralisée qui affecte tous les secteurs de la société et qui n’épargne personne. L’ampleur et la gravité de cette crise sont telles que les fondements même de notre existence en tant que nation sont menacés.


Cette crise sans précédent est avant tout  politique. L’origine du drame que vivent aujourd’hui la Guinée et les Guinéens est à rechercher dans le déficit de démocratie et les carences de leadership qui ont caractérisé le demi-siècle qui s’est écoulé depuis notre accession à l’indépendance en 1958. Toutes les frustrations et ressentiments accumulés au long des années ont généré des comportements individuels égoïstes, privilégiant les divisions et les contradictions internes au détriment de l’intérêt général, rendant ainsi impossible la formation d’un consensus et le début d’une adhésion à un projet de société en vue du développement harmonieux de la nation guinéenne.

La crise est aussi une crise économique majeure, conséquence de la mauvaise gouvernance  devenue, hélas, une culture en Guinée et aggravée  récemment par une contraction  économique  sans précédent à l’échelle mondiale. La  récession  économique a, en effet, frappé aussi bien les pays riches que ceux en voie de développement. Elle a aggravé le chômage endémique et son cortège de pauvreté. En peu de temps, elle a annihilé les efforts de développement des pays pauvres et réduit à néant les chances de combler leur retard économique, en raison précisément de l’extrême fragilité de leurs économies.

La crise est également sociale,  induite par les bouleversements sociétaux planétaires  qui, insidieusement, ont fait perdre aux Guinéens, leurs repères historiques, culturels et traditionnels propres à leur civilisation millénaire.
Dans ce contexte de crise généralisée, tous les Guinéens et Guinéennes sont aujourd’hui conscients d’une chose : le moment est grave, la Guinée est dans le creux de la vague et les menaces sur l’équilibre social et les fondements même de notre nation sont légion.

Prenant la mesure de la situation actuelle de notre pays, le Parti et l’Alliance Guinée Pour Tous (GPT) que j’ai l’honneur de présider souhaitent vous faire partager  leur vision de la Guinée de demain à travers le présent projet de société.

Ce projet constitue une démarche stratégique de progrès et de développement qui a pour objectif de faire de la Guinée de demain un pays prospère où il fera bon vivre. Aucun  domaine n’échappe  à la nécessité de réformes : ni l’institutionnel, ni le politique, ni l’armée, tout comme le social. Bien sûr, tout n’est pas à changer. ! Tantôt il faut innover, tantôt il y a lieu de  préserver ce qui existe, tantôt il  importe de  reconstruire ce qui a été détruit.

Il ne faut pas se voiler la face : la Guinée d’aujourd’hui offre au monde le spectacle de paradoxes  assez  troublants et doit donc faire  face à de multiples défis et contraintes. L’un des paradoxes est que le pays végète  dans la pauvreté quasi absolue en dépit de ses potentialités économiques d’une exceptionnelle richesse. En effet, nous  offrons  aujourd’hui à la face du monde le paradoxe choquant d’un pays qui, à la fois, “ dispose de tout !” et “ manque de tout ! ”.

Le projet de société que nous vous proposons fixe les contours du programme de gouvernement de GPT. Il est inspiré par vingt années de mon expérience personnelle en matière de développement et de finances, confortée par l’expérience et les compétences de l’équipe d’hommes et de femmes qui soutiennent ma démarche et m’accompagnent dans cette noble mission. Le projet de société est inspiré aussi des résultats des recherches académiques que j’ai menées ces dernières années, sur la problématique du développement, notamment  l’expérience  des pays dits à succès en matière de croissance économique, de même que sur les échecs de politiques et programmes de développement d’autres pays en voie de développement. Enfin, ce programme a été enrichi des résultats d’études diagnostiques auxquelles nous nous sommes livrés, mon équipe et moi, chacun dans son domaine de compétence.

Durant la période de juillet à décembre 2009 pendant laquelle j’ai séjourné  en  Guinée pour créer et implanter le parti politique, nous avons parcouru le pays de long en large, dialogué  avec les partenaires sociaux, les opérateurs économiques et aussi une multitude de simples citoyens. Nous avons procédé  à des enquêtes, revisité des programmes et projets sectoriels. A l’issue de ce périple, mon constat est accablant : j’ai quitté une Guinée  pauvre en  fin 1999. J’ai retrouvé une Guinée encore  plus pauvre en 2009, dix années après.  

J’ai pu, en effet, mesurer le niveau de dégradation de la situation politique, économique et sociale. Mon équipe et moi avons alors systématiquement recensé tous les obstacles à surmonter, les défis à relever. Nous avons aussi identifié les forces de ce pays, les opportunités à saisir pour bâtir une nouvelle Guinée pour tous. Ainsi, le projet de société que le Parti et l’alliance GPT proposent aux Guinéens est-il basé sur le constat que nous avons réalisé sur place et résulte de l’analyse réaliste et sans concession de la situation d’ensemble du pays.

Fruit de notre engagement politique, ce projet de société constitue la synthèse des solutions que nous proposons pour faire de la Guinée un pays moderne, régi essentiellement par l’ordre républicain et dans lequel  le développement humain est au centre de toute politique économique et sociale.

Dans cette perspective, le projet de société suggère, en priorité, l’organisation de journées nationales de réconciliation (JNR) destinées à jeter un regard rétrospectif sur le demi-siècle qui s’est écoulé depuis l’accession de la Guinée à la souveraineté. Ces JNR passeront en revue les problèmes de gouvernance, y compris les audits économiques et financiers dans le but, entre autres, d’écarter des fonctions électives des candidats qui ont eu des indélicatesses dans leur gestion passée. Ces JNR seront en priorité  axées sur les crimes de sang et autres atteintes graves aux droits de l’homme perpétrés sous les régimes précédents. Ces JNR qui ont vocation à clarifier certaines pages sombres de notre histoire récente devraient se tenir dans la sérénité et sans passion. Le but est de faire le point sur ce qui s’est passé, en situer les responsabilités, de façon à favoriser le pardon et la réconciliation nationale. En effet, les Guinéens n’ont pas d’autre choix que d’assumer leur passé, si douloureux soit - il, l’écrire dans sa vérité historique, en fournir le témoignage  aux générations futures pour traduire en actes concrets le slogan universellement partagé : “ plus jamais ça ”.
Le projet de société GPT vise la bonne gouvernance du pays. Cela comporte des exigences en matière  de connaissance du terrain et des réalités du monde contemporain  afin de mieux  cerner les contraintes et élaborer des politiques et programmes appropriés. Notre vision repose sur une  politique de développement centrée  sur les régions naturelles. Cette vision se veut équilibrée, impliquant l’établissement de  liens étroits  entre la rationalité économique  et la solidarité dans la création et la distribution du revenu national.

Pour mettre en pratique cette vision et générer le progrès économique et social  souhaité, GPT propose la  série  de  priorités suivantes qui,  en termes statistiques, sont  « non mutuellement exclusives ».

1.      La reforme du système de gouvernance.
Un nouveau système de gouvernance doit être mis en place de manière à garantir l’Etat de droit et les libertés fondamentales,  où la loi a force de loi, à travers un  fonctionnement adéquat des institutions républicaines.
2.      La reforme  du système de défense et de sécurité.
L’état actuel de l’armée constitue une menace sérieuse à l’ordre républicain et à la démocratie. La reforme du corps militaire  est l’une des toutes premières priorités à entreprendre dans la reconstruction du système guinéen de gouvernance. En la matière, GPT propose que cette reforme soit confiée à l’assistance internationale avec pour tête de file le Maroc (en raison de la discipline et du professionnalisme de l’armée royale). Cette assistance technique sera alors placée en position hiérarchique   pour une période de  5 ans.

3.      La mise en place des Pôles Régionaux de Développement (PRD).

Elle  est une orientation stratégique majeure de GPT dans l’approche de décentralisation basée sur le principe de subsidiarité entre l’État  et les périphéries, ces dernières devant devenir de plus en plus autonomes. Notre option  suggère le  partage des responsabilités et des ressources entre l’État central  et les PRD. A titre indicatif, et en guise de démarrage, 10 à 15% des revenus fiscaux annuels de l’Etat central devront être  transférés aux PRD.

4.    La réorientation fondamentale de la politique macroéconomique et monétaire. 

La nouvelle politique économique et monétaire s’articulera autour d’une stratégie centrale novatrice : l’adhésion à l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) et l’adoption du franc CFA. Cette adhésion garantira la stabilité macroéconomique et libérera la Guinée  des entraves liées à la non-convertibilité du franc guinéen. De même elle mettra fin a  la gestion laxiste du budget de l’Etat et l’action nocive des contrefacteurs sur la monnaie nationale.

5.    La refonte totale du système actuel de l’enseignement en Guinée,

Il faut immédiatement réorienter les ressources actuellement allouées à subventionner la pléthore d’universités privées qui, pour la plupart délivrent un enseignement approximatif, vers des écoles professionnelles qui préparent mieux nos enfants à entrer dans le marché du travail  dès après leur formation.

6.    La réforme de l’Administration.
 L’administration  actuelle, loin d’être un acteur majeur du développement, est source de tracasseries et de lenteurs qui obèrent l’activité économique. La corruption devra être combattue. Il faudra également mettre tout en œuvre pour que les fonctionnaires puissent travailler et vivre décemment. L’alibi du “ il faut bien se débrouiller ” doit être définitivement éradiqué en menant une véritable politique salariale et sociale au bénéfice des fonctionnaires (accès aux soins, programmes d’accession à la propriété, salaires décents  etc. …).
7.    La révision fondamentale de la stratégie agricole.
La révision fondamentale de la stratégie agricole que nous préconisons a pour objectif de privilégier une politique axée sur la génération de revenus. Elle s’oppose à la démarche uniquement centrée  sur l’autosuffisance et la sécurité alimentaires en vigueur jusqu’ici et dont l’échec est patent. La nouvelle approche, axée sur la  recherche de l’accroissement de revenus  agricoles, est cohérente avec notre objectif économique général : en l’occurrence l’accroissement du produit intérieur brut (PIB) comme vecteur essentiel de la lutte contre la pauvreté.

8.    Le développement durable ou les défis du millénaire.

Le programme économique de GPT  à court et moyen termes est  de  tout mettre en œuvre pour  que la Guinée  réussisse à faire  sa part de  chemin sur le recul de la pauvreté  à l’échelle planétaire en 2015. Pour répondre  à ce rendez vous mondial qui vise l’éradication, de moitie, de la pauvreté dans le monde, le programme GPT développe  une stratégie agressive de  mobilisation financière  pour la Guinée,  pour un  montant annuel minimum de 500 million USD, et   ceci pour les cinq prochaines années.

9.    La révision de la législation syndicale  et des lois sociales,

Il est temps que le  syndicalisme soit  “ dépolitisé ”  en Guinée,  de même qu’il est grand temps que l’employeur soit traité avec respect si nous voulons encourager la création d’emplois. C’est seulement en garantissant un environnement stable, prévisible, et pacifique que nous attirerons l’investissement privé. En attirant l’investissement privé national et étranger, nous créerons davantage de valeur ajoutée nationale, c'est-à-dire de la croissance,  à travers les impôts pour l’Etat, du profit pour les investisseurs, et surtout des emplois pour nos concitoyens. C’est grâce à la croissance  que la Guinée sortira  du joug de la  pauvreté.  Et enfin, c’est en sortant de la pauvreté que la Guinée parviendra à se réconcilier avec elle-même et retrouvera  son unité dans sa quête pour une nation prospère.

10.  La protection  de l’environnement et  la mise en place d’une politique  rigoureuse de la ville.
La forêt dense guinéenne a reculé en 35 ans de 14 millions d’hectares à 700 000 au début des années 2000. Le désert avance à une allure de 2 km par an sur notre territoire. Il s’agit d’une véritable catastrophe écologique et sociale. Il faut agir et agir vite. GPT inscrit le sujet dans l’ordre des priorités afin de promouvoir une politique environnementale et de la ville, c'est-à-dire  des “Villes sans taudis ni bidonvilles ”, qui garantissent le bien être social, protègent  contre la dégradation de l’écosystème  et préservent  les acquis naturels  pour les générations futures.

En conclusion, notre projet de société se veut novateur et ambitieux  dans ses objectifs et ses approches pour parvenir au plus vite au développement de la Guinée, objectif central de notre programme. Dans cette perspective, notre  approche stratégique vise à jeter les bases d’une croissance à deux chiffres, à l’horizon de cinq ans.  Cette approche est axée en même temps sur  l’offre et la demande agrégées de manière que :
·         Face aux effets  dévastateurs de la crise née du déficit de démocratie et de la mauvaise gouvernance, il faut, sans délai, rechercher le consensus national, la refondation majeure de l’administration  par la mise en place des technostructures administratives décentralisées, autour des PRD destinés à  impulser le développement durable ;

  • Face aux préoccupations sociétales diverses, notamment celles de la jeunesse en détresse, il convient d’entreprendre, au plus vite, des reformes et initiatives ambitieuses de développement  que permettent nos immenses potentialités économiques.


·         Après tant d’années de souffrances et de privations, il faut tout mettre en œuvre pour que le Guinéen puisse enfin profiter des ressources naturelles qui abondent dans le pays et perçoivent sous une forme  plus effective les revenus de ces ressources  par la nouvelle gestion des ressources minières que propose GPT.

·         Face à la compétition économique mondiale, il faut engager   résolument la Guinée dans des voies susceptibles de transformer les défis actuels en opportunités, pour la propulser   dans le cycle vertueux de la croissance et de l’emploi. A cet égard, au titre régional et continental, nous pensons qu’il faut  engager résolument la Guinée dans des projets intégrateurs (c’est l’exemple de notre option pour l’adoption sans délai du Franc CFA), c’est-à-dire  la voie de l’intégration régionale comme l’outil d’accélération  de la lutte contre la pauvreté et de prévention des conflits de voisinage.


Chers compatriotes,


Le présent projet de société n’a pas la prétention d’être la panacée à “ la situation guinéenne ”. Il  n’y a pas de miracle, tout au moins en économie, et le projet que nous portons se veut plutôt un outil de  travail permettant  d’engager le débat intellectuel sur les politiques et stratégies susceptibles de faire face au mieux à notre situation. Le débat est ainsi ouvert à toute personne qui voudra y participer et, soyez assurés que le GPT y prêtera une oreille attentive. En effet comme tout modèle économique ou social, ce projet est sujet à révision en fonction de l’évolution des hypothèses théoriques et pratiques qui sous tendent sa formulation, étant donné le  contexte guinéen  bien connu pour l’insuffisance et  la non-fiabilité de données statistiques.


De façon résumée, notre vision prône des valeurs cardinales suivantes :
·         L’unité nationale, la cohésion sociale et l’intégration économique régionale.
·          La modernisation de l’État, par le partage et le développement du sens des responsabilités entre le centre et les périphéries
·          La moralisation de la pratique du pouvoir par l’émergence d’une éthique de l’action politique et la méritocratie et la rigueur dans la gestion de la chose publique.
·         L’alternance dans l’exercice du pouvoir par des élections libres et démocratiques.


Nous invitons à la discussion de ce projet de société sans calcul politicien. Les critiques et suggestions des uns et des autres seront les bienvenues et enrichiront le débat sur la problématique d’édification d’une nation forte et prospère que Guinéens et Guinéennes appellent de tous leurs vœux. Cette nouvelle  Guinée pour tous est possible car aujourd’hui, les conditions objectives  sont sur le point d’être  réunies.  Nous lançons ici un appel vibrant à nos concitoyens  afin de  relever le niveau  du débat politique  de façon  à dépasser les systèmes de valeurs stériles que sont les fantômes  en  « isme » : ethnocentrisme, le racisme, régionalisme, etc... qui, hélas hantent encore les guinéens. GPT en fait un point d’honneur d’extirper de nos mentalités et de nos réalités l’ethnocentrisme pour  enfin construire une nation guinéenne harmonieuse.

GPT  vous assure de toute ma détermination pour mener ce projet à terme et, avec toute la rigueur, dans tous les domaines que cette tâche requiert. D’avance, je vous remercie pour votre soutien militant à la cause sacrée de la patrie.

Vive la Guinée, vive la Guinée Pour Tous.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires