Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Violences politiques -GUINEE-

29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 20:39

imagesASSISE
Justice - Le Premier ministre guinéen, Jean Marie Doré, a présidé, lundi, dans la salle d'audience de la Cour d'appel de Conakry l'ouverture de la session de la Cour d'assises, qui traitera de 115 affaires dont 4 cas de trafic international de drogue, a constaté la PANA.

Le président de la Cour d'appel, Doura Chérif, et le bâtonnier de l'ordre des avocats, Mohamed Sampil, ont affirmé successivement dans leur discours que "seul le droit sera dit" au cours de cette session qui jugera les présumés narcotrafiquants Saturnin Bangoura, par ailleurs beau-frère du défunt président Lansana Conté, et Mamady Kallo, arrêtés depuis février 2009.

La junte, qui a pris le pouvoir en décembre 2008 à la suite du décès de Lansana Conté, a déclenché des opérations d'arrestation des narcotrafiquants qui ont permis d'interpeller près d'une centaine de personnes, dont des officiers de police, de l'armée, des administrateurs civils, ainsi que le capitaine Ousmane Conté, fils aîné du défunt président, dont des complices, considérés comme "les parrains de la drogue", sont en cavale.

Plus d'une trentaine d'avocats du barreau guinéen assureront la défense des droits des personnes qui comparaîtront au cours de cette session qui a inscrit également à son agenda plusieurs cas de vols à mains armées, des viols sur mineurs, des assassinats, des empoisonnements, entre autres.

Le gouvernement, qui avait longtemps évoqué les délestages qui ne permettaient pas au grand public de suivre à la télévision le procès des présumés narcotrafiquants, a débloqué une enveloppe de 3 milliards de francs guinéens (300 millions de FCFA) en dépit de la persistance des coupures intempestives de courant.

La Cour d'appel a annulé les procès-verbaux établis par le lieutenant-colonel Moussa Tiégboro Camara, ministre chargé de la lutte anti-drogue et a confié cette tâche à des magistrats, des officiers de police et autres gendarmes qui ont instruit les cas des présumés narcotrafiquants, dont des biens immobiliers ont été exhibés récemment à la télévision nationale et remis à la justice.

On rappelle que les avocats avaient déclenché récemment une grève pour dénoncer "la politisation" du procès des présumés narcotrafiquants et s'étaient insurgés contre le maintien en prison de certains d'entre eux qui avaient bénéficié d'une liberté provisoire.

Conakry - Pana 29/03/2010

Partager cet article

Repost0

commentaires