Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Violences politiques -GUINEE-

4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 01:32

Sans-titre.jpg

Correction dans l'affaire Lonseny Camara:

il ne s'agit pas d'une plainte mais d'une citation à comparaître comme dans le cas de Ben Sékou Sylla et d'Elhadj Boubacar Diallo. L'action a été engagée devant le même tribunal qui a condamné les deux responsables ci-hauts à un an prison ferme, une amende de 2 millions de FG. Super intelligent ! En effet, la jurisprudence voudrait que Lonseny Camara qui est pris en flagrant délit ne soit pas condamné à une peine inférieure à celle des deux premiers. Auprès de ce même tribunal, on ne peut plus avancer l'argument d'immunité ou autre chose. Lonseny va tomber dans le tombeau qu'il a aidé à creuser contre ses collègues. Il est appelé à comparaître le jeudi prochain, 07.10.2010.

Ce samedi 2 octobre, GuineePresse.info a été présente à la conférence internationale de Nuremberg sur la Guinée (compte rendu ce mardi 5 octobre).

Au retour de Nuremberg, nous avons reçu des informations venant de la Guinée, selon lesquelles l’UFDG aurait enfin engagé la procédure juridique contre Lonseny Camara pour son rôle dans la rétention des procès verbaux de Ratoma au premier tour et surtout dans la disparition des 8985 cartes alphanumériques destinées à la Moyenne Guinée et à la Basse Côte pour le second tour.

Nous avions appris l’implication de Lonseny Camara dans ses malversations il y a plus d’une semaine mais nous avions décidé de ne pas en parler si l’UFDG lui-même ne trouve pas l’affaire assez sérieuse pour poursuivre l’intéressé devant la loi. Ce qui est fait à présent: ce vendredi, la confirmation est faite en ce qui concerne l’officialisation de l'action juridique engagée par l’UFDG.

En effet, les cartes alphanumériques avaient été réceptionnées à l’aéroport de Conakry par Lonseny Camara et Oumorou Sanoh. Avant de déposer les cartes à la Ceni, 8985 destinées au Fouta et à la Basse Côte ont été soustraites !

Comme dans le cas des procès verbaux, il a été constaté que Lonseny Camara a gardé une partie du matériel dont il a eu la charge de récupérer dans son bureau sans informer les autres. Le problème: il dépose toujours l’autre partie au magasin de la Ceni comme cela se doit et ce qu’il cache dans son bureau concerne toujours la Moyenne Guinée ou la Basse Côte.

Ainsi, on constate que Lonseny Camara a deux missions au sein de la Ceni:  

  1. empêcher ou retarder au tant que possible la tenue du second tour
  2. créer les conditions de l’annulation ou de la non participation massive des zones de vote favorables à l’Alliance des Bâtisseurs.

Nous étions choqués du laxisme de l’UFDG et ses alliés face à cet imposteur et criminel dont les activités risquent de conduire la Guinée au chaos. Nous espérons que cette démarche de l’UFDG et ses alliés est un début de prise de conscience et de fermeté. C’est pourquoi nous leur donnons l’information suivante:

Contrairement à ce qu’ils affirment dans leur communiqué, ce ne sont pas 15 ordinateurs qui ont disparu mais plutôt 33. A cela il faut ajouter 15 téléphones pour la transmission des résultats et une dizaine de scanners au lieu de 4 comme ils disent dans leur communiqué.

L’Alliance des bâtisseurs doit impérativement revoir sa stratégie d’information et de réaction!

Comment peut-on voler tout ce matériel électoral alors que les lieux sont censés être sécurisés et bien surveillés avec gardien, camera et une seule porte d’entrée qui n’a pas été défoncée ?

La réponse est que le ou les criminels se trouvent au sein de la Ceni elle-même !

Plus cette élection va tarder, plus il y a le risque que de nouveaux matériels disparaissent. Faut-il expliquer cela à nos politiciens et dirigeants de la transition ?

Sékouba Konaté a affirmé avant-hier qu’il n’a pas encore reçu la proposition de date pour le second tour. Quelle malhonnêteté! Non seulement la Ceni a publiquement fait savoir qu’elle s’est entendue consensuellement sur la date du 10 octobre, mais nous savons aussi qu’un courrier dans ce sens a été adressé à la Présidence. Même si Sékouba n’a pas eu accès au texte officiel, l’information du choix consensuel de la date du 10 octobre a été relayée par tous les médias. Donc Sékouba le sait et il n’avait nullement besoin d’attendre un protocole pour fixer cette date officiellement. Surtout qu’il faisait croire que lui il souhaite en finir le plus vite possible avec la transition et qu’il ne voulait même pas le dernier report.

La vérité est que Sékouba ne veut pas laisser organiser le second tour avant que Alpha ne soit prêt dans ce sens ou l’accepte. La preuve est que dans son intervention il a invité Cellou et Alpha à se rencontrer d’abord. Pourquoi faire ? Négocier le partage du pouvoir ?

Nous demandons à l’alliance des bâtisseurs de refuser une telle rencontre qui n’a pas son sens dès lors qu’il est demandé au peuple de choisir son futur président par élection démocratique. Si Cellou accepte le principe d’une telle rencontre avec Alpha Condé, Sékouba va s’en servir pour attendre qu’elle ait lieu avant de fixer la date du second tour. Et Alpha lui, il va utiliser tous les moyens pour retarder cette rencontre afin de gagner du temps. Il pourrait même quitter un moment la Guinée.

Cependant, Cellou peut prier à son tour Sékouba Konaté à convaincre Alpha Condé de répondre à son invitation de débattre avec lui dans la transparence, devant tout le peuple. Tout en priant Sékouba de fixer au préalable la date du second tour qui n’a plus à attendre.

 

guineepresse.info

 

Partager cet article

Repost0

commentaires