Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Violences politiques -GUINEE-

9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 12:47

link

Succédant à Dadis Camara, Sekouba Konaté a assuré la transition
Le général Konaté a supervisé l'organisation des élections.
Depuis deux ans la Guinée a fait l'objet d'une attention internationale croissante pour son secteur minier autant que pour l'instabilité politique liée à la transition. Le pays est connu pour être le premier producteur mondial de bauxite, qui sert à la fabrication de l'aluminium.

Mais c'est autour de gisements de fer, notament dans les montages de Simandou, qu'une course est engagée entre les plus grands groupes miniers internationaux.

Quel que soit le vainqueur de l'élection, le futur président aura des décisions stratégiques à prendre sur des contrats qui s'élèvent déjà à des milliards de dollars.

La course pour le contrôle du fer guineen s'est accélérée au cours des six derniers mois.

Et la présence d'une junte militaire au pouvoir n'a en rien freiné les signatures de contrats.

Six groupes miniers internationaux s'intéressent fortement au fer Guinéen: les Australiens Rio Tinto et B.H.P. Billiton, le chinois Chinalco, le russe Severstall, les aciéries indiennes Arcelor Mittal, et le brésilien Vale.

Principal enjeu de la compétition : le site de Simandou : une chaîne montagneuse de 200 km de long au coeur de la Guinée forestière qui recelerait, selon Rio Tinto, plus de 2 milliards de tonnes de fer.

Le site est considéré comme la plus grande réserve mondiale de fer non encore exploitée, de l'ordre de grandeur des grands gisements brésiliens et australiens.

Ce trésor de Simandou fait l'objet d'une bataille sourde depuis la mort de Lansana Conté en 2008.

Quelques jours avant sa disparition l'ancien président avait annulé la concession de Rio Tinto sur deux blocs du nord de Simandou et l'attribuait à Benny Steinmetz, un milliardaire israélien spécialisé dans le diamant.

En avril le groupe de Benny Steinmetz a conclu un accord de plus deux milliards de dollars avec le groupe brésilien Vale pour exploiter le site.

Rio Tinto qui détient toujours deux blocs dans la partie sud de Simandou, n'a pas pour autant renoncé à ses droits et a menacé de porter l'affaire en justice.

Dans les semaines précédants l'élection presidentielle du 27 juin, le gouvernement a menacé d'annuler toutes les concession de Rio Tinto.

Entre temps le groupe a consolidé sa position en nouant un partenariat avec le chinois Chinalco.

La junte militaire a aussi conclu un important accord cadre de 7 milliards de dollars avec une autre société chinoise pour échanger des matières premières contre des infrastructures.

L'opposition et la société civile ont critiqué ces engagement pris par un gouvernement non élu.

Pour tirer le meilleur profit de ces projets d'investissments le futur gouvernement devra donc clarifier les conditions d'attribution des contrats.

Mais dans le secteur du fer, la Guinée est en position de force: tant que la demande mondiale pour l'acier restera soutenue, Simandou continuera d'attirer comme un aimant les plus grands groupes miniers internationaux.

 


 

 

 

CQSDQSD-copie-1.jpg

Partager cet article

Repost0

commentaires