Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Violences politiques -GUINEE-

22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 08:10

DADIS ACCEPTE 1JMD

Jean Marie Doré longtemps soupçonné de connivence avec le capitaine Dadis, voire avec les durs du CNDD, parfois et tout au début de la transition, estiment certains, pour pousser à l’élimination des anciens premiers ministres, avec des va-et-vient au camp Alpha Yaya, qui soulevaient des soupçons; mais le fait qu’il soit porte-parole du FFVG empêchait d’évoquer ses manœuvres; mais souvent le capitaine Dadis parlait de la stratégie de Machiavel, qui consistait, dans ce contexte, à provoquer leur disqualification, "les visites nocturnes au camp Alpha Yaya".

Déjà, à plusieurs reprises; il a outrepassé ses compétences de porte-parole du FFVG; s'engageant, en entraînant le FFVG, sans aucune consultation des autres membres.  On peut se rappeler de la proposition de création du comité ad hoc, alors que l'objet de la discussion portait sur la possibilité de renouer le dialogue, après le refus des forces vives de se rendre au Dadis show qui n'offrait pas un cadre idéal, et sérieux pour discuter de questions aussi importantes dans ces moments difficiles du pays.

Il avait aussi, lors d’une de ses interventions devant à la RTG Koloma, dans les Dadis shows, parlé de dates indicatives et flexibles, à propos du chronogramme que le capitaine Dadis avait approuvé, et devant le GIC-GUINEE.

 

Et à l’arrivée de Papa Wade avec son fameux bâton de pèlerin, il (Jean Marie Doré) avait soutenu que le « CNDD s’était engagé pour 2010 ». Bien de commentateurs lui avaient prêté un lapsus pour cette sortie. On pourrait également parler de sa position à la manifestation du 28 septembre 2009, à laquelle, il n’était pas d’accord; mais, les barbares qui se sont livrés aux violations graves de droits de l’homme, ne l’avaient pas épargné; alors que sa présence au stade à ce moment là, était pour demander aux autres leaders de surseoir la manifestation sur demande du capitaine Dadis, pour motif que le 28 septembre est un jour sacré, ou je ne sais quoi d'ailleurs ? 

Plus étonnant encore, dès sa désignation, il indique à VOA, en répondant à la question, "certains syndicalistes ne sont pas d’accord avec votre nomination ?" Mais en lieu et place de se prévaloir du vote, qui a permis de le départager avec Rabiatou Sera Diallo, « ça, ce n’est pas mon affaire »

 

Puis avant-hier, sur RFI, il rejette même les accords d’Ouagadougou, sous prétexte que les forces vives ne sont pas partie de cet accord.

Mme Rabiatou a également parlé "de doutes" sur sa personne, même au sein des partis politiques avant d’ajouter que le mouvement social lui, "ne se laissera pas faire".

Puis, le comble, c’est hier devant la RTG, à qui, lui-même explique avoir réservé sa première déclaration à la presse; et dans cette intervention, du moins de ce qui a été diffusé; les priorités de sa mission sont complètement et bien évidemment délibérément ignorées, au profit de la lutte contre la pauvreté, d’amélioration des conditions de vie, électricité, éducation de qualité …, que des thèmes de campagne, alors qu’on a six mois devant nous.

 

On dirait là aussi que, les forces vives ont mis les charrues avant les bœufs; il aurait peut-être fallu négocier d’abord la mission et le statut du premier ministre de transition avant toute désignation, et ça aurait permis de mieux cerné le profil du candidat, et ne pas tomber dans les travers sous le capitaine Dadis.

 



A SUIVRE.
Partager cet article
Repost0

commentaires