Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Violences politiques -GUINEE-

18 juillet 2010 7 18 /07 /juillet /2010 03:07

untitledcxsd.jpg

 

Aboubacar Somparé, candidat du PUP revient dans cet entretien accordé à notre reporter, sur le déroulement du scrutin du 27 juin et réfute les allégations selon lesquelles il aurait noué des alliances avec un des deux candidats devant s’affronter au second tour.

L’Indépendant : Bonjour, vous avez été désigné par le parti de l’Unité et du Progrès comme candidat au scrutin du 27 juin dernier. Vous venez de vous rallier au RPG, pour le second tour de la présidentielle. Qu’est-ce qui a motivé votre décision ?

Aboubacar Somparé : Je ne me suis pas rallié au RPG. J’ai assisté à une réunion de la base de la Guinée Maritime qui a pris un certain nombre de décisions. Aucune décision n’est valable avant que la Cour Suprême ne statue.

Sidya Touré le leader de l’U.F.R affirme n’être associé en aucun cas à cette démarche. Comment appréciez-vous cette démarche ?

Chaque parti est libre de prendre sa décision. Sidya Touré prend sa décision comme il le veut. A propos de cela je ne pense rien du tout !

Est-ce que vous appréciez le fait qu’il se démarque par cette attitude de certains poids lourds de la Basse Guinée ?

Non, je ne peux pas apprécier, je vous dis qu’il est libre de faire ce qu’il veut.

Avez-vous déposé un recours auprès de la Cour Suprême, à propos des résultats du premier tour, qui vous attribuent un maigre score ?

Nous l’avons fait dans un cadre global avec un certain nombre de partis. Je crois 18 ou 20 partis. Parce que nous avons été victimes de fraudes massives.

Pourriez- vous nous parler des irrégularités auxquelles vous faites allusion à l’instant ?

Dans notre cas, les preuves ne sont pas faciles à établir, puisque c’est au niveau des bureaux de vote que des gens étaient déguisés, qui soufflaient aux votants ce qu’il faut faire, ce qu’il faut prendre comme décision. Ensuite les chiffres étaient recyclés par un deuxième bureau avec la complicité du Président du bureau de vote. Tout cela a été miné et préparé avant le jour du vote. Donc chez nous, on n’est pas surpris que l’on ait transféré les voix du P.U.P à d’autres partis.

Au-delà de ces irrégularités, comment expliquez- vous ce maigre score d’un parti qui jadis régnait toujours dans le peloton de tête lors de la 2e République ?

On a dit partout en Guinée maritime qu’Aboubacar Somparé est malade et qu’il faut voter pour X. Donc dans les bureaux de vote les gens se sont organisés avec la corruption afin de faire un transfert de voix sur les voix du candidat favorisé.

Ces affirmations sont-elles réellement fondées Monsieur ?

Le bureau dans lequel j’ai voté, j’ai voté au moins avec quinze jeunes de mon quartier issus de mon entourage direct, qui sont des représentants du P.U.P. A la proclamation des résultats on nous a dit que dans ce bureau nous avons eu une seule voix.

Des rumeurs circulent en ville sur votre état de santé très fragile. Qu’en est- il ?

Mais ce que j’ai comme maladie, c’est une maladie que tout le monde a. Je soufre d’hypertension et de diabète, mais qui sont maîtrisés. Il n’y a pas de raison de m’incriminer et de me disqualifier au nom de cela. Si ce n’est une intention qui n’est pas avouée.

Bien que vous ne soyez pas candidat au 2e tour, quelles suggestions avez-vous à faire au gouvernement et à la CENI, pour que les irrégularités enregistrées lors du 1er tour n’entachent pas encore le vote ?

La transparence, la CENI et le gouvernement, n’ont pas le droit de tricher en faveur de qui que ce soit. Pour eux, les citoyens doivent être égaux. Les deux (2) qui sont arrivés au second tour doivent avoir les mêmes chances. Il faut laisser le sort les départager c’est-à-dire le suffrage des populations.

S’il vous était demandé de décrire les deux candidats qui se trouvent face à face lors du second tour, que diriez- vous de chacun ?

Cellou Dalein Diallo jeunesse, compétence, Alpha Condé expérience et compétence.

Comment qualifiez-vous les incidents survenus le lendemain de la proclamation des résultats ?

C’est très malheureux. C’est d’abord de l’impatience. Il fallait patienter un peu et attendre que la Cour suprême examine les recours et statue. Et deuxièmement, c’est malsain de s’en prendre au général Sékouba Konaté qui a donné toutes les preuves de sa bonne volonté pour pouvoir faire une transition rapide et dans les meilleurs délais. Sékouba a prouvé que ce n’est pas le pouvoir pour le pouvoir qui l’intéresse mais ce qui l’intéresse d’abord c’est la bonne marche de la Guinée. A ce titre-là, il ne mérite pas les insanités qu’on a proférées contre lui. Je déplore vraiment cela.


Entretien réalisé par
Keïta Mamady
L’Indépendant

Partager cet article

Repost0

commentaires